La sonde X-Rite ColorMunki Display et son logiciel

La sonde X-Rite ColorMunki Display est une sonde de calibration. C’est un petit dispositif qui permet à un photographe de créer un profil qui montre à l’écran de notre ordinateur comment il doit afficher les couleurs, le contraste, la luminosité… Le marché compte beaucoup de sondes, toutes différentes. J’ai choisi la X-Rite ColorMunki Display. Dans cet article, je vous donne mon avis sur cette sonde et je vous montre comment tirer le meilleur de son logiciel. 

Pourquoi calibrer un écran ?

Avez-vous déjà essayé de comparer deux ou trois écrans d’ordinateurs qui n’ont jamais été calibrés ? Si oui, vous savez alors qu’aucun écran ne diffuse exactement la même image. Mais alors, comment savoir quel est le plus proche de la réalité ? Et plus important, comment avoir une idée du rendu d’un tirage ? Et bien c’est pour ça qu’on calibre un écran, pour le « normaliser », et être sûr que toutes les personnes qui ont correctement calibré leur écran verront la même chose. Une sonde va donc permettre de créer un profil pour ajuster les couleurs, le contraste, le gamma et la luminosité d’un écran.

Outre le côté « normalisation », un écran bien calibré est bon pour la santé. Si c’est vrai ! Car si votre écran est trop lumineux et trop bleu, surtout avec un écran LED, il risque d’abîmer vos yeux. A terme, il est possible de perdre en acuité visuelle, en contraste et d’avoir plus de difficultés à déterminer les distances. Sans compter bien sûr le mal de tête qui survient vite quand on regarde un écran trop lumineux.

1.          La sonde.

La sonde X-Rite ColorMunki Display (Cmundis) se situe en milieu de gamme. Elle est directement concurrente de la DataColor Spyder 4 Pro et affiche a peu près le même prix. Le pack comprend la sonde prête à l’emploi, un guide d’utilisation multilingue et le CD du logiciel.

X-Rite ColorMunki Display

La sonde X-Rite ColorMunki Display avec son contre-poids et sa boîte.

En termes de finitions, c’est un objet à la coque en bon plastique, de qualité et sobre. Un bras articulé permet de passer du mode « diffuseur », pour mesurer la lumière ambiante, au mode « écran », pour mesurer l’émission de l’écran. Pour cela, il suffit de tirer légèrement le bras pour le déverrouiller, puis de positionner le diffuseur au-dessous de la sonde. A cet endroit se trouve un pas de vis qui sert à fixer la sonde sur un trépied, pour calibrer un projecteur par exemple.

X-Rite ColorMunki Display

La sonde X-Rite ColorMunki Display en mode diffuseur, avec son contre-poids.

Le câble USB est de longueur moyenne (environ 2 m) et permet facilement de raccorder un ordinateur fixe à un écran distant. Un contre-poids coulissant attaché au câble assure une bonne prise à la sonde quand elle est sur un écran. Bien plus petite que sa concurrente, la Cmundis a aussi l’avantage de posséder une lentille en verre contre une en gélatine. Elle devrait donc mieux vieillir, mais comme je n’ai cette sonde que depuis quelques semaines, c’est difficile d’en juger aujourd’hui.

X-Rite ColorMunki Display

La sonde X-Rite ColorMunki Display en mode mesure (écran ou projecteur) avec sa lentille en verre.

En utilisation, cette sonde est excellente pour calibrer n’importe quel écran. Sa qualité de finition est suffisante pour un objet qu’on utilise une fois par mois, voire moins souvent pour certains. Et elle est très pratique à utiliser. De plus, aucun pilote n’a besoin d’être téléchargé car Windows (je ne sais pas pour Mac) se comporte avec elle presque comme si c’était une souris : tout se fait automatiquement au branchement du câble USB.

En fait pour moi, le seul défaut de cette sonde est son logiciel.

2.          Son logiciel.

Le logiciel de la X-Rite ColorMunki Display est simple d’utilisation, facile à installer, rapide et sobre (dans le sens qu’il n’est pas gourmand). Malheureusement, il n’est pas assez détaillé pour pouvoir faire des réglages poussés, et n’est pas adapté à un photographe ou graphiste exigeant. Dommage que ce soit justement la cible visée par ce produit… Mais ouf, la gamme au-dessus propose justement un meilleur logiciel, pour à peine le tiers du prix en plus ! Le hasard fait bien les choses…

Tirons le meilleur de ce logiciel.

Je vais tout de même vous montrer comment tirer le meilleur de ce logiciel. Très prochainement, je vous montrerai aussi comment utiliser un autre logiciel gratuit pour calibrer encore mieux votre écran, si comme moi vous êtes très pointilleux sur ce genre de choses. Les réglages que je vais vous conseiller sont les meilleurs possibles ici, idéaux si vous souhaitez faire des tirages ou que vous partagez beaucoup vos photos.

Tout d’abord, installez le logiciel grâce au CD compris dans le pack. Puis lancez-le, si ce n’est pas déjà fait automatiquement à la fermeture de l’installation. Branchez votre sonde pour que Windows installe son pilote. Il est possible que vous ayez besoin de redémarrer votre ordinateur à ce moment.

Cliquez ensuite sur « Fichier » puis « Préférences » et paramétrez comme sur la capture d’écran ci-dessous. La courbe de réponse des tons est en fait ce qu’on appelle le gamma. La norme étant 2.2. N’oubliez pas d’adapter le type de technologie de votre écran.

Cliquez pour afficher en grand.

Cliquez pour afficher en grand.

Cliquez ensuite sur « Ok » et sur « Caractériser mon affichage ». Le mode simplifié ne permet de faire aucun réglage. C’est à peu près comme acheter un reflex et le laisser toujours en automatique. Sélectionnez donc « Avancé », et une fois de plus, réglez comme sur la capture.

Cliquez pour afficher en grand.

Cliquez pour afficher en grand.

L’écran suivant permet d’activer deux options. La première permet d’actualiser en permanence votre affichage pour qu’il s’adapte aux conditions de luminosité ambiante, ce qui est déconseillé. Et la deuxième corrige les défauts de mesure qui peuvent intervenir si votre écran est particulièrement brillant. A vous de voir si ces options vous correspondent.

Cliquez pour afficher en grand.

Cliquez pour afficher en grand.

Si ce n’est pas déjà le cas, c’est le moment de brancher votre sonde ColorMunki Display, de la positionner en mode mesure en tirant légèrement sur le diffuseur blanc, et de la placer sur votre écran. Pour une qualité de profil optimale, il est conseillé d’allumer votre écran au moins une demi-heure avant cette étape. Quand vous appuyez sur « Suivant » la caractérisation commence.

Cliquez pour afficher en grand.

Cliquez pour afficher en grand.

Le processus s’interrompt pour vous permettre de régler le plus finement possible la luminosité de votre écran, afin que la mesure soit la plus précise possible. Utilisez les boutons de votre écran et le réglage de luminosité de votre carte graphique si nécessaire. Mémorisez bien le réglage écran, au cas où vous le changeriez plus tard. Par exemple avec mon ordinateur, je mets la luminosité à fond puis je la diminue de 3 crans pour arriver au bon réglage.

Cliquez pour afficher en grand.

Cliquez pour afficher en grand.

Appuyez ensuite sur suivant. La sonde va mesurer environ 120 patchs différents, les analyser et interpréter la manière dont l’écran les affiche. Ce qui permet au logiciel de créer un profil pour que l’ordinateur adapte ce qu’il diffuse à l’écran. L’opération dure moins de cinq minutes, et vous pouvez ensuite enregistrer votre profil pour le conserver. Un avant après avec plusieurs images différentes donne une idée du changement.

Voilà, votre écran est calibré ! Il est possible que vous ayez l’impression que l’image est trop chaude, ou trop violette/verte. C’est rarement vraiment le cas. Tout d’abord parce que les écrans d’ordinateurs sont souvent beaucoup trop bleus, et que nous y sommes habitués. Ensuite parce que pour vraiment se rendre compte des vraies couleurs d’un écran, il faut arrêter de le fixer plusieurs minutes, puis seulement ensuite y revenir. La faute à notre cerveau ! Pour s’en rendre compte, fixez pendant 30 secondes une lumière rouge, puis arrêtez subitement. Vous verrez alors normalement du vert, sa couleur complémentaire, pendant une bon moment.

Conclusion

La sonde X-Rite ColorMunki Display est une excellente sonde, bien finie et suffisamment précise pour calibrer correctement n’importe quel écran. Mais si ce produit s’adresse directement aux photographes exigeants souhaitant investir dans une bonne sonde sans se ruiner, ce n’est malheureusement pas le cas de son logiciel, beaucoup trop basique. Il aurait été agréable d’avoir un mode rapide, tout automatique, un mode avancé, avec plus de réglages, et un mode expert, avec tous les réglages. Heureusement il existe d’autres logiciels comme dispcalGUI dont je vous parlerai très bientôt, sûrement en vidéo.

Avantages :
+ Prix correct (environ 130€ fin 2013 – début 2014).
+ Qualité de finition.
+ Look discret et sobre.
+ Précision de la mesure.
+ Lentille en verre, plus durable qu’en gélatine.
+ Câble long, avec contre-poids coulissant.

Inconvénients :
Le logiciel !
Un petit étui de rangement aurait été bienvenu.

Note : dans cet article apparaissent des liens d’affilié. Si vous achetez quelque chose en passant par ces liens, je toucherai une petite commission. Pour vous, ça ne change absolument rien, si ce n’est que vous aurez la satisfaction de m’avoir aidé à faire vivre le blog. Alors merci ! =)

Cet article a été écrit à mon initiative et X-Rite n’a aucun droit de regard ou de correction sur son contenu.

Publicités
Tagged with: , , ,
Publié dans Matériel
20 comments on “La sonde X-Rite ColorMunki Display et son logiciel
  1. Super article que je m’empresse de partager ! A bientôt Tom !

  2. ary dit :

    très bon compte rendu et test pour un accessoire que je ne possède pas encore. Une question de novice en la matière, peut-on envisager l’usage d’une telle sonde avec un autre logiciel de calibration que celui fourni, un peu comme les graveurs de CD/DVD ou les scanners par exemple ?

    • Tom Mosack dit :

      Merci beaucoup. Oui, c’est possible. Par pour le pilote, car cette sonde est reconnue comme un HID (un peu comme une souris). Par contre il est possible d’utiliser le logiciel dispcalGUI avec Argyll CMS, bien meilleurs que le logiciel livré. Je ferai très prochainement un article dessus pour montrer comment s’en servir.

      • ary dit :

        ok c’est cool, du coup le problème de la faiblesse du logiciel n’est pas si grave en fait…

        • Tom Mosack dit :

          Non, ce n’est pas vraiment un problème. Ce qui me dérange le plus là dedans, c’est que X-Rite a un bon logiciel. Mais qu’il le réserve à la gamme au-dessus, comme si le logiciel était un argument de surclassement plus important que la sonde elle-même. Alors que le logiciel de sa concurrente, le Spyder 4 pro, est, me semble-t-il, bien mieux fait.

  3. […] ← La sonde X-Rite ColorMunki Display et son logiciel fév 17 2014 […]

  4. c minaro dit :

    Bonjour et merci pour cet article très clair.
    je viens d’acquérir une sonde ColorMunki et après avoir installé le logiciel, j’ai fait une calibration qui s’est très bien déroulée.
    Mon écran est un Samsung F2380.
    Par contre il y a un problème de compatibilité semble t’il avec Windows 8.1, l’affichage d’une photo avec l’explorateur Windows pour un visionnage rapide est une catastrophe.
    les couleurs sont bonnes jusqu’aux vignettes mais dès que l’on affiche une photo les couleurs ne sont plus du tout bonnes, beaucoup trop sombres et à très forte dominante rouge, alors qu’elle sont « nickel » avec tout autre logiciel de retouche.
    Avez vous déjà remarqué ce problème?
    J’ai installé par la suite DispcalGUI et tout s’est bien passé, mais il faut bien penser à fermer le logiciel d’IxRite qui s’ouvre automatiquement à la mise en route de l’ordinateur sinon il y a un message d’erreur avec DispcalGUI.
    Cordialement

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour,

      Est-ce que vous exportez vos images en Adobe RVB ? Si oui, le problème vient de la. Réessayez en sRVB et ça devrait aller.

      • C Minaro dit :

        Bonjour,
        merci pour la réponse mais je ne crois pas que cela vienne du format couleur puisque les photos que j’ai visionné sont enregistrées en sRVB.
        Maintenant cela fonctionne bien avec DispcalGUI alors c’est le principal
        cordialement

    • Bonjour, Ça viens simplement du fait que la visionneuse Windows ne peux pas lire la version 4 du profil ICC, dans les paramètres il faut choisir la version 2. Après je ne sais pas si cela a une incidence sur la précision du calibrage. Qu’en pense Tom?

  5. olivier dit :

    Merci pour le test de cette sonde.
    J’hésite pour l’instant entre ce modèle et la spyder 4 pro. Les tests sont plus positifs pour la colormunki donc je pense passer à l’acte d’ici peu.
    Pouvez-vous m’indiquer ce qu’il manque comme fonctions au logiciel ? Car dans mon esprit la sonde doit simplement calibrer l’écran avec les couleurs les plus fidèles possibles et c’est tout.
    Mon but est d’avoir des couleurs fidèles pour utiliser lightroom, retoucher mes photos, les diffuser sur internet et les faire impimer par un labo. Le logiciel livré ne serait pas suffisant ? Merci d’avance pour votre aide.

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour,

      Et désolé pour la réponse tardive. Le logiciel livré est suffisant, mais pour avoir des réglages plus pointus et qui correspondent à des exigences plus élevées, il vaut mieux utiliser le logiciel dispcalGUI.

  6. Bonjour,
    Je viens d’acheter cette sonde pour calibrer un Imac. Une chose étrange: lors de la caractérisation de l’ecran vous dites que cela s’interrompt et qu’on doit regler la luminosité de l’ecran. Ce n’est pas le cas pour moi!! étrange, non??

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour,

      C’est étrange en effet, avez-vous bien coché toutes les mêmes cases que moi ?

      • Marion dit :

        Oui tout est identique; par contre j ai lu sur un autre site que lorsque la case « ADC » est cochée tout se fait seul. Donc ce qui m arrive serait logique… Êtes vous sur donc que même avec cette option vous devez régler la luminosité?

        • Tom Mosack dit :

          Oui, ça doit venir de là. Chez moi cette option est bien cochée pourtant. Peut être une mise à jour du logiciel ? En tout cas, si pour vous ça marche en décochant l’option, tout va bien.

  7. Pascal Fuchs dit :

    Bonjour,

    Novice, j’ai un écran LCD Samsung Syncmaster P2770 de 2011-12. J’ai lu que la sonde prenez en charge des écrans LCD avec un gamut large. Est ce que mon écran est pris en considération? Par contre dans l’installation de la Spyder4 pro on voit bien un choix LCD à cocher. La Colormunki me plait , si vous me confirmez le bon choix je l’achète. Merci pour le conseil!

    • Tom Mosack dit :

      Dans tous les cas, ne prenez pas un Spyder. C’est une mauvaise sonde très inconsistante. Avec la même sonde et le même écran, on peut faire 3 mesure consécutives, et avoir 3 résultats différents.
      Je ne connais pas cet écran, mais si la Colormunki suffit aux Eizo, je suppose qu’elle suffit aussi à cet écran. Faîte juste attention à ne pas activer de mode « gaming » sur l’écran.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir les notifications des nouveaux articles par mail.

Stage photo Pyrénées
L'auteur organise toute l'année des stages d'apprentissage de la photo dans les Pyrénées avec Stage photo Pyrénées.