Canon EF 300mm f/4.0 L IS USM

Comme vous le savez sûrement déjà, voici presque deux mois que je suis l’heureux possesseur d’un Canon EF 300mm f/4.0 L IS USM, de son petit nom. Cet objectif mythique me ravit un peu plus chaque jour grâce à sa qualité d’image époustouflante, ainsi que son ergonomie très aboutie et son agréable prise en main. Je vous l’avais promis, voici donc un test.

1.          La bête sous toutes ses coutures.

Le Canon 300mm f/4 est un objectif dit à focale fixe. C’est à dire qu’il n’offre pas la possibilité de zoomer et de dézoomer. Il est fixé à la focale de 300mm, ce qui permet donc d’avoir un objectif plus lumineux avec une qualité d’image optimale dès la pleine ouverture, le tout pour un poids assez agréable de 1190g. Ce qui a aussi pour effet sur l’apparence de la bête de ne disposer que d’une seule bague, agréablement sur-dimensionnée, celle de mise au point. Notez également que contrairement à beaucoup d’objectifs grand publique, la retouche du point est possible à n’importe quel moment.

Une originalité de cet objectif, également en place sur son grand frère, le Canon EF 400mm f/5.6 L USM, consiste en un pare-soleil intégré, qui se déploie simplement en tirant dessus, puis ensuite en le vissant au bout du fût. Ce qui à pour avantage de prendre très peu de place, et de ne mettre que quelques secondes à installer, contrairement aux pares-soleil classiques.

Comme c’est un objectif relativement long et lourd (pas autant qu’un 500mm mais plus qu’un 70-300mm), il convient d’utiliser un collier de pied (livré) pour une utilisation avec un trépied ou un monopode. A main levée, ce collier très minimaliste, ne permet malheureusement pas une aussi bonne prise en main que ce qu’on pourrait en attendre. S’il vous gène, vous pourrez toujours le positionner vers le haut, et tenir l’objectif par le fût. Autre petit désagrément, on ne peut pas le retirer quand l’objectif est monté sur un boitier, à l’inverse de celui plus pratique du Canon 400mm f/5.6 L. Mais cela n’est pas gênant si, comme moi, vous comptez l’utiliser presque exclusivement sur pied.

Les réglages sont très simples. Comme c’est un objectif stabilisé, on trouve à gauche un panneau de commande pour activer la stabilisation, et pour choisir le mode. En mode 1, la stabilisation compense les mouvements verticaux et horizontaux pour avoir des sujets relativement statiques nets, même si vous tremblez (sans non plus exagérer). En mode 2, seuls les mouvements dans une des deux directions sont compensés. L’objectif choisi automatiquement de compenser les mouvements soit verticaux, soit horizontaux. Ce qui peut vous permettre de faire de beaux filés facilement quand vous suivez un sujet en course.

A droite, on a un commutateur pour activer ou désactiver l’autofocus, mais comme on peut régler la mise au point manuellement même quand l’autofocus est activé, il n’a que peu d’intérêt. Le dernier interrupteur quant à lui, sert à régler la distance minimale de mise au point soit sur 1,5m pour les sujets très rapprocher, soit sur 3m pour augmenter la vitesse de mise au point sur les sujets plus éloignés.

Au dessus du fût, et juste en avant de la plaque de description se trouve la fenêtre de l’échelle des distances. Celle-ci est à double usage. Tout d’abord, l’affichage en mètres et en pieds peut vous aider à réaliser une mise au point ou une pré-mise au point manuelle en estimant la distance au sujet et en la reportant sur l’échelle. Ensuite, elle peut vous servir d’instrument de mesure et ainsi déterminer une distance, par exemple entre un perchoir et une tente d’affût.

Petit détail bien pratique pour le transport, le Canon EF 300mm f/4 L IS USM est livré avec une housse semi-rigide avec une sangle et un passant de ceinture. L’ouverture est très bien pensée et devrait être adoptée sur plus de lense-cases.

Comme vous l’aurez compris, cet objectif est très bien pensé, et sa qualité de finition est exemplaire. Mais qu’en est-il de la technique et des images en elles-mêmes ?

2.          Les performances techniques.

Tout d’abord, le Canon EF 300mm f/4 L IS USM ouvre à f/4.0, comme son nom l’indique. Ce qui en fait un objectif lumineux, laissant entrer deux fois plus de lumière à pleine ouverture que mon ancien Canon Ef-S 55-250mm ou qu’un Canon EF 70-300mm. Ce qui m’autorise à prendre des photos dans des conditions où avant, je n’aurais pu qu’observer sans déclencher.

De plus, la mise au point USM (Ultra Sonic Motor) très rapide et très précise me permet d’avoir des photos nettes même en faible éclairage. Cet USM est également très bon pour suivre des sujets en mouvement avec le mode « Ai-Servo » de mon boitier, l’autofocus continu. Je peux donc à présent photographier des scènes de sport ou d’animaux en action sans crainte d’avoir des photos floues pour cause de mauvaise mise au point.

Cela dit, mon boitier est maintenant plus lent que mon objectif. Donc si vous voulez tirer le meilleur du Canon EF 300mm f/4 L IS USM, un boitier avec un bon autofocus vous sera utile.

Même en mouvement, Tao est toujours net grâce à l’USM !

La stabilisation est très efficace, et même quand elle n’est pas nécessaire, je l’active toujours quand je photographie à main levée. En effet, porter deux à trois kilogrammes de matériel avec les bras levés peut devenir vite fatiguant, et à 300mm, un flou de bougé se voit très vite !

Détail du plummage d’un canard.

Grâce à sa petite distance de mise au point minimum de seulement 1,5m, le Canon EF 300mm f/4 L IS USM est aussi utilisable en proxiphoto, pour par exemple photographier des insectes très peureux et difficiles à approcher. Autrement, il permet aussi d’avoir un très petit angle de prise de vue, et de flouter les fonds grâce à la grande ouverture combinée à la longue focale.

Quelques champignons photographiés cet automne.

Même en paysage, cet objectif est bon ! Certains diront que seuls les grands angles sont faits pour la photographie de paysage, mais personnellement, j’adore isoler un élément important d’une scène au téléobjectif. De plus, la petite profondeur de champ peut donner un résultat très appréciable en floutant les parties inintéressantes, ou en adoucissant un arrière-plan.

Autre détail qui peut avoir son importance dans le photo de Nature, le Canon EF 300mm f/4 L IS USM est compatible avec les multiplicateurs de focales EF 1.4 extender et EF 2.0 extender. Ce qui donne donc respectivement un 420mm f/5.6 (on perd un diaphragme) et un 600mm f/8.0 (on perd deux diaphragmes). Si dans les deux cas l’IS reste actif, l’autofocus lui ne sera conservé qu’avec l’EF 1.4, sauf si vous avez un boitier 1D ou 1Ds. Dans ce cas, l’autofocus restera actif sur le collimateur central. Le montage avec un EF 2.0 est à déconseiller car la perte de qualité et de l’autofocus ne valent souvent pas le coup.

N’ayant pas de multiplicateur de focale, je vous propose de vous rendre directement compte de la qualité d’image à 300mm.

3.          La qualité d’image… en images !

J’aurais aimé pouvoir vous montrer quelques photos animalières prises avec cet objectif, malheureusement je n’ai pas réussi à photographier dignement un seul chevreuil ou écureuil depuis trois mois. Peut être que la saison ne s’y prête pas, mais toutes mes sorties se soldent par des échecs, même là où habituellement je croisais quatre à cinq chevreuils par jour… Je serais donc obligé de faire une mise à jour de cet article plus tard !

En attendant, voici une photo d’une Mésange Nonette photographiée sous une belle lumière du soir, à travers du double vitrage. Ce qui vous donne une bonne idée des capacités de cet objectif !

Mésange Nonette sous une belle lumière du soir.

Voici également une photo du chat d’un ami (non sauvage donc !). Très recadrée, pourtant la qualité d’image reste. Ce qui montre une fois de plus la qualité d’image époustouflante du Canon EF 300mm f/4 L IS USM.

Felix

Un petit veau photographié juste derrière chez moi.

Et pour finir, une photo d’une mésange charbonnière le soir, juste avant le coucher du soleil. Grâce à la stabilisation et à la grande ouverture, cette photo est parfaitement nette même à main levée. La mésange est très près, 1,86m selon les exifs, ce qui n’aurait pas été possible avec un Canon 400mm f/5.6 ou un Canon 300mm f/2.8.

Mésange charbonnière photographiée juste avant le coucher du soleil.

Conclusion

Le Canon EF 300mm f/4.0 L IS USM est vraiment un très bon objectif pour le sport en extérieur et la photo animalière en générale. Le tout pour un poids et un prix acceptables. De plus, cet objectif est assez peu encombrant, surtout comparé à un Canon 400mm f/5.6 ou à un 500mm f/4.0, entre autres.

+ Ouverture de f/4.0.
+ Qualité d’image d’une focale fixe.
+ Stabilisation.
+ Belle finition.
+ Objectif ergonomique et de gabarit raisonnable.
+ Accessoires (étui, collier de pied, pare-soleil).
+ Le pare-soleil coulissant.
+ Prix comparé aux autres objectifs de ce type.

Le poids et l’encombrement, comparé à un 70-300mm.
A l’usage, l’étui n’est pas pratique et la sangle trop fine.
 Il faut retirer l’objectif du boitier pour démonter le collier de pied.

Note concernant les liens : sur ce article, les liens vers des sites de vente en ligne sont des liens d’affiliés. Ce qui veut dire que si vous achetez quelque chose après avoir cliqué sur un de ces liens, je toucherai une commission (de l’ordre de 3% à 5%). Pour vous, le prix reste exactement le même ! La seule différence étant que le petit revenu m’aide à faire d’autre tests de matériel. Merci pour votre aide et votre contribution à faire vivre ce blog !

Publicités
Tagged with: , , ,
Publié dans Matériel
109 comments on “Canon EF 300mm f/4.0 L IS USM
  1. Ben dit :

    Encore un excellent article, très complet en plus.

    J’en profite pour avoir une petite info. J’ai le canon 100-400 IS USM, y a t-il une grosse différence de piqué/qualité entre cette objectif et le 300mm que tu possède ?

    Car je suis un peu déçu du 100-400, et j’ai lu que le 300mm possédé un excellent piqué. Mais j’ai peur d’être un peu court avec le 300mm. Je fais principalement de la photo ornito. Qu’en pense tu ?

    Merci
    Ben

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Ben, et merci beaucoup =)

      Je n’ai jamais comparé le 100-400 et le 300 réellement, mais j’ai déjà essayé un 100-400, et c’est sur qu’à pleine ouverture et à 400mm, il était bien moins piqué que le 300. Cela dit, il n’est pas trop mauvais non plus, dès qu’on ferme un peu. Il parait aussi que tout dépend des exemplaires, que certains piquent plus que d’autres… C’est à voir.

      Pour toi, le mieux serait (dans le budget) un 400mm f/5.6 je pense. A moins que tu fasses beaucoup de petits oiseaux, là la distance de mise au point minimum risque d’être handicapante.
      Sinon, un 300mm avec un extender reste une très bonne solution, certes de moins bonne qualité qu’un 400mm, mais alors tu auras « deux objectifs pour le prix d’un » en quelques sortes.

      A toi de voir ce que tu cherches à faire. Essayes déjà ton 100-400 à f/7.1 ou f/8.0, tu seras sûrement plus satisfait de la qualité d’image =)

      • Ben dit :

        Merci pour ta réponse.

        Demain matin je vais en affût au bord d’un plan d’eau, je testerai donc entre f/7.1 et f/8 je verrai bien si c’est meilleur (en espérant que les condition météo soit pas trop dur ^^)

        Encore merci pour ta réponse

  2. Tom Mosack dit :

    Pas de soucis, content de t’avoir aidé =)

  3. toto dit :

    Ou a tu acheté ton objectif ?

    Merci

    • Tom Mosack dit :

      Chez Audiophil Foto, tu trouveras deux liens vers leur boutique en ligne dans l’article, un en introduction, et l’autre en conclusion. Par contre, si tu veux commander, il faut prendre contact directement avec Mlle Hocini =)

  4. roeselien dit :

    Nice article and you got yourself a great lens!

    Grtz,
    Roeselien

  5. Vynz100 dit :

    Très bon test, très belles photos… bravo!

  6. proriol bruno dit :

    Bonjour

    Tout d’abord mes compliments pour votre travail et ce site.

    Je possède un 70/200 L IS 2,8, et je viens de faire l’acquisition du 300 L IS 4,0, car je voulais un télé un peu plus long.
    Je l’utilise avec le convertisseur 1,4 L.

    Avec ce dernier je suis un peu déçu du piqué. Je fais toutes mes images sur trepied manfrotto.
    J’ai en permanence le stabilisateur opérationnel, même sur le pied et pourtant souvent ce n’est pas très piqué.
    Alors je voudrais savoir si c’est une erreur de mettre le stabilisateur sur trépied ou pas.

    Par avance merci de votre réponse.

    Cordialement. Bruno Proriol

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Bruno,

      Il est normal que le piqué diminue avec un convertisseur, même si ce n’est que le x1,4. Pour récupérer un peu de piqué, si les conditions le permettent, il est conseillé de fermer légèrement avec le 300 f/4 (fermer simplement à f/6.3 au lieu de f/5.6 permet déjà une amélioration).

      Certains objectifs sont équipés d’un détecteur qui désactive la stabilisation quand l’objectif est sur un trépied. En effet, sur un trépied, la stabilisation cherche souvent à compenser un mouvement qui n’est pas présent, et les photos en résultant sont donc moins piquées. Le 300mm f/4 IS n’est pas équipé de ce dispositif, il convient donc d’éteindre l’IS quand on l’utilise sur trépied. Faites un test avec et sans, et vous verrez la différence.

      Il faut savoir aussi que suivant le boitier, il faut prendre en compte le facteur multiplicateur du capteur, qui « transforme » la plupart du temps chez Canon (facteur de 1,6) un 300mm en 480mm, et un 420mm (300mm avec extender 1.4) en 672mm. Il faut donc que la vitesse d’obturation soit assez grande pour que les mouvements du photographe et des mécanismes de l’appareil ne rendent pas la photo floue. Une vitesse de 1/640 ou 1/800 étant conseillée pour un 300mm avec extender sur un appareil à petit capteur. Ce qui est d’autant plus difficile à obtenir avec un objectif « assombri » par l’extender.

      J’espère que cette réponse est assez claire, et que ces indications restent compréhensibles =)

      Merci beaucoup pour votre passage et votre commentaire.

      Bonne soirée, et à bientôt =)

  7. Bruno Proriol dit :

    Bonjour Tom.

    Je répond un peu tard à vos détails très précis par rapport à ma demande, et je m’en excuse.
    J’ai fais le test sur trépied avec et sans stabilisateur, et il n’y a pas photo.
    J’ai aussi comme vous me l’indiquiez, vérifié que le 800e est vraiment la vitesse mini à utiliser avec le convertisseur ( j’ai un 40D ).

    Encore merci, Tom.

    Bruno Proriol

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Bruno,

      Pas de soucis pour la réponde tardive, nous ne sommes pas pressés, n’est ce pas? =)

      Je suis content si mes conseils vous ont permis de réaliser de meilleurs clichés, en espérant que ces conseils pourront servir à d’autres également !

      Bonnes photos, et à bientôt ! =)

  8. Bonjour,

    Je viens juste d’acquérir un 300 F/4 canon. Je suis un peu inquiet car l’is produit au démarrage et à l’arrêt un bruit mécanique de type claquement. Cela m’étonne un peu pour un objectif de série L. Qu’en est-il sur votre objectif fait-il ce genre de bruit. J’ai lu des avis sur internet mentionnant que ce bruit était « normal » pour ce objo.
    Merci de votre aide et continuez à produire de bien belles images.
    Vincent

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Vincent,

      Bravo pour votre acquisition, c’est un super objectif, et vous allez sûrement pouvoir bien vous amuser avec !
      Le bruit au départ et à l’arrêt de la stabilisation est normal. Il fait la même chose sur le mien, et j’ai déjà entendu d’autres possesseur de cet objectif en dire la même chose. Aucune crainte à avoir, c’est juste son mode de stabilisation qui fonctionne comme ça, il ne faut pas oublier que la conception de cet objectif commence à dater un peu =) Vous remarquerez également qu’il produit un léger sifflement qui ressemble un peu à celui d’une télé cathodique allumée. Je n’ai pas encore pu vérifier l’effet que ça peut avoir sur les animaux (j’utilise un trépied la plupart du temps), et s’il peuvent entendre ou pas ce bruit, mais je sais que ça peut gêner certaines personnes.

      Merci pour votre passage et votre commentaire =)

      Bonnes photos, et à bientôt !

  9. Giordano dit :

    la aussi un choix dificile pour ma part j’ai un 5dmkII est le plein format me fait perdre le recule que j’avais avec un 50d
    et je sais que dés que l’on met un 1,4 ou un 2X on perd en piqué et deja avec un doubleur ce retrouver a 8 d’ouverture et fermer a 11 pour avoir du piqué il faut que le stabilisateur marche avec le duo ^^

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir,

      La perte du coefficient multiplicateur n’est pas forcément un mal. Beaucoup de photographes animaliers utilisent des boitiers plein format ou Aps-H avec un 300mm. Bien sûr, il faut se positionner plus près qu’avec un boitier Aps-C, mais le rendu et les sensations ne sont pas du tout les mêmes.

      Après, si on veut faire de l’animalier avec un capteur plein format et tout de même rester loin des animaux, il n’y a qu’une seule solution : investir dans des longues et très longues focales. En attendant, il reste la solution de l’extender 1,4x, qui ne fait pas perdre trop de qualité. En plus, la très bonne montée en ISOs du 5DII permet de compenser la perte de luminosité.

      En fait, le 5DII n’est pas vraiment un boitier orienté animalier. Il est très bon, c’est certain, mais pour de l’animalier un 7D aurait sûrement mieux convenu, voir un 1DIII d’occasion par exemple =)

  10. Giordano dit :

    oui c’est pour ca que je n’en fais pas mais bon ca manque un peux ^^

    bientôt quand le 7d seras bien coté en occasion ^^

  11. […] : Et voici le test complet ! Évaluez ceci : Share this:EmailFacebookTwitter By Tom Mosack • Posted in Actualités, […]

  12. […] vont ont plu le plus sont ceux traitant des tests de matériel et de la technique, comme le test du Canon EF 300mm f/4.0 L IS USM, ou encore Gérer ouverture et profondeur de champ. Et ça tombe bien, parce que j’ai prévu […]

  13. […] : Et quelques semaines plus tard, voici enfin le test promis ! Évaluez ceci : Share this:EmailFacebookTwitter By Tom Mosack • Posted in Actualités, […]

  14. Christophe dit :

    Bonjour,
    je réagi assez tard à votre article, mais je viens de tomber dessus en recherche sur google.
    En effet, je cherche des exemples de cet objectif avec un 450d. Vos images sont bien prisent avec un 450d ?
    J’ai un sigma 120-400, mais j’ai très souvent un problème de lumière trop faible, et comme il faut fermer avec le sigma pour avoir un peu de piqué, je me dis que le canon 300 F4 LIS pourrait être une bonne solution de remplacement.
    Ce qui me retient un peu, c’est le prix, le fait de « perdre » 100mm et de ne plus avoir la polyvalence du zoom.
    Qu’en pensez vous ?

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Christophe,

      Il n’y a pas de date butoir pour commenter un article ici, tous les avis sont les bienvenus, et les questions aussi 😉

      Les images de cet article sont bien prises avec un 450D, et toutes les photos sont prises avec le 300mm, sauf bien sûr celles dont il est le sujet. D’autres exemples de photos sont disponibles dans mon portfolio, notamment dans le dossier « Faune et insecte » ( http://tommosack.daportfolio.com/gallery/350282 ). Elles sont presque toutes photographiées au 300mm f/4, sauf la 1ère, la 9ème et la dernière.

      Le Sigma 120-400 est un bon objectif quand il y a assez de lumière. Mais le 300mm f/4 est largement au-dessus. Alors c’est vrai qu’il est un peu cher, mais c’est un objectif qu’on n’achète qu’une fois, qui pourra durer des années, et qui en cas de besoin sera réparable et compatible avec les nouveaux boitiers Canon. Ce qui n’est pas forcément le cas du Sigma. C’est un achat qui a un cout, c’est certain, mais qui le vaut !
      Et d’ailleurs le 300mm f/4 est beaucoup plus polyvalent que le 120-400. Avec, on peut faire de l’animalier, du sport, de la proxiphoto, du portrait, et même du paysage. Le 120-400 n’est pas vraiment polyvalent à cause de son ouverture trop faible. En fait, c’est un objectif versatile, mais peu polyvalent. Les 100mm en plus peuvent servir, mais si c’est pour finalement avoir un animal dans le viseur cadré comme on le voudrait, mais ne pas pouvoir déclencher à cause d’une vitesse trop basse, il vaut mieux avoir un 300mm deux fois plus lumineux (voire quatre fois, à qualité d’image équivalente), et recadrer ensuite légèrement.

      A mon avis c’est certain, le Canon 300mm f/4 est largement supérieur au Sigma 120-400mm. C’est un objectif avec lequel on peut se faire réellement plaisir. J’ai aussi longtemps hésité entre Sigma 120-400, Canon 100-400, Canon 400mm f/5.6 et 300mm f/4. Mon choix s’est finalement porté sur le 300mm et je ne regrette pas !

      Il existe aussi une variante abordable, le Sigma 100-300mm f/4. Il est de bonne qualité optique, mais très volumineux et assez mal fini comparé au Canon 300mm f/4. Mais il est à prendre en compte, même s’il n’est pas très populaire chez les photographes.

      Le mieux reste bien sûr de les essayer tous, ce qui ne devrait pas être trop dur avec le 300mm f/4, vu qu’il est assez répandu. Le marché de l’occasion peut être aussi une idée pour limiter les frais.

      Voilà c’est mon avis sur le sujet. Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas !

      Bonne soirée et à bientôt.

  15. Loic dit :

    Bonjour,

    Je suis photographe de paysage, et me met à l’animalière.
    Je compte acheter un 300 f/4, mais je ne connais pas canon (j’ai travaillé longtemps uniquement argentique, autres marques):
    pour le numérique, il semble qu’avec la plupart des boitiers, il faille multiplier la focale par 1,6 pour connaitre la focale réelle en 35mm.
    Pouvez vous me dire si:
    la focale 300mm correspond à la focale réelle (= magnification de 6* par rapport au 50mm) ?
    ou bien: avec un boitier canon standart tel que le 600d, il faut multiplier les 300mm par 1,6, donc un équivalent de 480mm ? ce qui serait très bien, magnification de 9* par rapport au 50mm!

    ???
    Merci de m’éclairer l’objectif à l’air très bon, je cherche un objectif de ce type comme compromis avec les très longues focales du téléscope que j’ utilise actuellement pour les sujets éloignés – focales 1000 et plus…
    La combinaison du 600d et 300 f/4 vous parait elle correcte? j’aime bien le budget de 2000 euros!!! bonne optique et boitier correct non?

    Le piqué et la lumière semble très bons.

    salutations,
    Loïc

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Loïc,

      Pas facile de passer de l’argentique au numérique ! A savoir, peu importe le boitier, un 300mm reste un 300mm.
      Mais c’est vrai, le Canon EOS 600D (comme la plupart des boitiers Canon) bénéficie d’un facteur de recadrage de 1,6. Donc un 300mm monté sur un 600D cadrera comme un 480mm. Sur le papier, ça fait un 500mm à petit prix.
      Bien sûr, ce n’est pas exactement la même chose, et il y a des petite contreparties. Par exemple, la profondeur de champ est beaucoup plus grande, et l’angle de champ est plus grand. Donc le rendu final est différent.

      Pour commencer en photo animalière un 600D et un 300 f/4 seront très biens ! Par exemple avec ce couple, un chevreuil remplit le cadre à une vingtaine de mètres.

      Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser.

      Bonne soirée et à bientôt !

  16. Loïc dit :

    Merci, je n’aurai pas les moyens pour acheter un 500mm, tant pis pour la profondeur plus importante!
    Dans votre cas, le boitier fait il un recadrage? ou etes vous en plein format donc 300mm réel?

    Vos images tiennent bien, surtout très bon piqué.

    Je ne débute pas avec l’animalier, je suis chasseur depuis longtemps, j’observe plus que je ne chasse!!! Actuellement le télescope me permet de bonnes images à grande distance, plus de 60 mètres, mais:
    – la profondeur de champs est grande!
    – impossible de bouger avec le trépied, telescop etc…

    Le plus recherché avec le téléobj c’est la capacité de déplacement, la prise de vue en promenade, éventuellement l’affut proche – les animaux en mouvement

    L’idée d’un autofocus rapide pondéré par bague,
    c’est cela? c’est excellent
    la mise au point rapide est essentielle en animalier.

    Je vais jeter un oeil sur le reste de votre blog, il semble que vous photographiez en montagne, c’est également ce que je fais!!!

    Vous semblez avoir une bonne utilité du web, je n’y connais « rien » sauf mon petit site sur les compacts!

    Cordialement

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Loïc,

      Toutes les photos de cet article sont prises avec un Canon EOS 450D, de la même gamme que le 600D, mais plus vieux. Il recadre de la même manière, on dit que c’est un format Aps-C chez Canon.

      Si vous chassez déjà, le plus gros du travail en animalier sera du déjà vu. La photo animalière se pratique principalement à l’affût (pour avoir les meilleurs résultats possibles), et sont précédés d’une phase de repérage. Un peu comme pour la chasse à l’affût, si vous connaissez des chasseurs à l’arc notamment, ils pourront sûrement vous aider ! Pour ça, le 300mm f/4 est idéal. Un objectif qui lui ressemble beaucoup mais qui est plus long peut aussi convenir : le 400mm f/5.6. Cela dit, il est moins lumineux et non stabilisé, il faut prévoir l’achat d’un trépied avec cet objectif.

      Pour l’autofocus, en fait on dit que la reprise du point est possible. C’est à dire qu’on peut à la fois faire la mise au point en automatique, mais si elle n’est pas bonne, il suffit de tourner la bague pour ajuster le point en manuel.

      Si vous faites des balades ou des randos dans les Pyrénées, n’hésitez pas à me prévenir, on pourra en faire une ensemble à l’occasion =)

      Bonne journée et à très bientôt !

      • Loïc dit :

        Avec plaisir! Je me consacre beaucoup aux alpes, et ne connais pas cet espace certainement plus sauvage et préservés que sont les pyrénées, c’est un projet possible!

        J’ai parcouru votre site, et aussi celui sur les stages montagne, félicitation pour la clarté de votre propos, qualités explicatives, présentation de l’ensemble!

        Pour votre activité, de stages en montagne, je suis convaincu que c’est une excellente idée, parce que la randonnée en montagne ne peut que satisfaire les besoins d’espace, et la photographie, même pour un débutant, rendre sensible à l’arret pour observer. L’association avec un accompagnateur est un gage de sécurité, et un enrichissement point de vue commentaires informés sur les biotopes.

        Pour ne rien vous cacher, je réfléchi à une idée semblable dans les alpes, mais je doute encore sur la viabilité commerciale! Peut-etre aussi ma capacité à partager une activité aussi intime que l’observation en montagne avec des « clients »…

        Je travaille depuis longtemps avec les commandes, et ait séparé le rentable: photographie sur commande.

        La randonnée, pêche, chasse, c’est une passion, j’ai longtemps évité d’y associer mon appareil. Puis j’ai essayé juste pour les paysages. Puis de petits films sur compact de mes ballades. Puis des films d’animaux avec télescope. Puis … Puis…
        A présent avoir une activité en nature, ce serait parfait, mais comment on se paye????

        Je vois que de plus en plus de gens prétendent se soucier d’environnement, d’envie de découvrir. Ok, mode? Sans doute, mais ceux qui font l’effort de marcher en montagne, de S ARRETER ET SE TAIRE pour observer: oui là, il y a peut-être un intéret réel pour découvrir la montagne.

        Bravo en tout cas d’avoir réussi, en associant vos amis, a proposer ces stages montagnes qui semblent trouver leur public, visiblement très satisfait!

        Bravo aussi de votre bonne maitrise de la terminologie et vos explications claires.

        Si vous envisagez une rando dans les alpes, contactez moi je partagerai moi de même avec plaisir mes connaissances de quelques paysages!

        Loïc

        • Tom Mosack dit :

          Bonsoir Loïc,

          En effet, les Pyrénées sont un peu plus « sauvages », mais il y a des endroits tout autant fréquentés que les Alpes, surtout en été =)

          Merci beaucoup pour votre retour sur le site, c’est bien sympathique ! Pour ce qui est de la rentabilité, c’est vrai que ce n’est pas facile d’en vivre, mais j’ai la chance d’être bien entouré. Et pour l’intimité, le remède consiste à faire des treks en solo, ou à deux. Ca aide énormément !

          Les activités en nature sont assez à la mode, et c’est de plus en plus difficile d’en vivre. Mais quand on y arrive, ça change tout ! J’ai déjà travaillé en usine ou en bureau… Ca ne me convient pas ! Travailler en plein air est difficile, mais tellement plus satisfaisant !

          Merci beaucoup pour l’invitation, si je viens dans les Alpes, ce sera avec plaisir =)

          • Loïc dit :

            « Ca ne me convient pas ! Travailler en plein air est difficile, mais tellement plus satisfaisant  »

            oui: j’en suis à me demander si acheter un troupeau de moutons n’est pas une bonne idée! en tout cas je cherche ce qui me permettrai de financer mon quotidien sans mettre un pied en ville!

            Pour l’affut: oui exact l’affut fixe, installé durablement c’est la meilleure solution. Pas simple d’avoir les autorisations pour les installer!

            Pour les chamois je les observe de plus près l’hiver quand ils approchent des hameaux… sinon de loin, avec petit telescope… bien pour filmer, pas la photographie.

            Pour les prédateurs, le loup accepte éventuellement une présence, en cas de nourriture, mais il perd son caractère sauvage, je suis opposé. Pour le coyote, mes connaissances au canada pensent qu’il ne s’apprivoise jamais.
            Le chacal doré la seule photographie que j’ai « réussi »: à plus de 100 mètres, en tombée du jour, après 5 heures d’approche: quelques pixels qui ne valent que pour moi!!!

            Je débute en photographie animalière « sérieuse » mon matos n’est pas adapté. Merci de m’avoir confirmé que le 600d+300mm (équi 480) est utile.
            La grosse différence que je vois entre le travail à l’oeil en « chasse » et observation, et la photographie animalière:
            – en chasse tu es satisfait quand tu as fait attention aux bruits, déplacements de l’animal, connaissance de son biotope, au VENTS
            – en photographie, tu dois faire attention à la lumière et son orientation en plus non?

            Lumière + vent : rien que cela = combinaison très difficile!!!!!????

            En tout cas tu es un vrai photographe de nature si tu penses que le chemin compte plus que le résultat, à mon sens c’est ce qui compte le plus.


            Pourquoi la multiplication des « trecks » rend « plus difficile le marché »?

            • Tom Mosack dit :

              Bonsoir Loïc,

              Oui, la vie de berger en séduit plus d’un, et j’y ai pensé aussi !

              Il y a des loups qui viennent parfois dans la réserve naturelle du Néouvielle. Comme j’y vais souvent, j’espère pouvoir les voir un jour ! Pour le chacal doré, ça doit être exceptionnel, ça donne envie =)

              Les différences entre la photos et la chasse sont nombreuses, mais en général oui, c’est bien ça. Encore qu’un contre-jour peut être très intéressant aussi. Une chose est sûre, c’est qu’il faut de la lumière, et ce n’est pas toujours facile d’en avoir aux heures de sorties des animaux…

              C’est vrai qu’il est souvent dur de combiner la lumière qu’on veut avec le sens et la direction du vent. Mais parfois il arrive que ça marche, et là on sait pourquoi on a essayé autant de fois, et pourquoi on sera de nouveau sur place le lendemain, et la semaine suivante, et l’année suivante =)

              Pour ce qui est de la mode de la montagne, les modes sont rarement bonnes pour une activités comme celle-là. Ca donne envie a des gens pas nets de se lancer. Ces même personnes cassent les prix, diminue la qualité du service et mettent en danger les personnes installées qui sont soit obligées de suivre, soit d’augmenter leur prix. Le public ne comprend pas toujours…
              C’est aussi le cas avec les énergies renouvelables par exemple, et avec beaucoup de choses qui deviennent à la mode.

  17. Loïc dit :

    Pour l’affut proche, juste un avis: j’ai testé d’observer des canidés (loups, coyottes et chacals dorés d’europe) à moins de 200m: l’interaction est immédiate à moins de 500m ou 1 km ils « sentent » la présence!!!

    Je crois que les prédateurs sont impossible à prendre de près sauf à les déranger, ou les attirer avec appats (ou appeaux électroniques) etc, bref des façons que n’apprécie pas.

    Pour les herbivores, oiseaux, la distance d’alerte est plus faible. Sauf en montagne! ils te voient de loin et haut!!!!
    Pas compris encore comment on surprend les bouquetins, sauf quand la faim les attire hors de leur coin…
    La montagne, si on ajoute la difficulté montagnarde, les déplacement, n’est pas simple, pour observer des animaux parmis les plus authentiquement sauvages…
    Mais le parcours pour chercher à les rencontrer vaut autant que la rencontre elle même non?

    L’affut près d’un marécage c’est plus simple!!!!

    • Tom Mosack dit :

      Concernant les mammifères prédateurs, je pense qu’il est important de réussir à se faire accepter par le sujet. Il n’est pas bête, il sait qu’on est là, mais certains sujets arrivent à se laisser photographier tout de même. Pour les autres, il faut un affût très perfectionné, qui ne laisse pas sortir les odeurs, et reste sur place toute l’année.

      Il faut dire aussi que les animaux n’ont pas la même distance de fuite on fonction de leur habitat. Et plus ils s’approchent des villes, plus elle est faible. Donc souvent c’est plus dur en montagne. Si vous pouvez, essayez d’aller voir les chamois du Honeck, ils sont très faciles à approcher, et peu craintifs.

      En tout cas c’est sûr, comme toujours en montagne, ce qui compte ce n’est pas la destination, c’est le trajet !

    • Loïc dit :

      très belles idées sur la photographie animalière!

      la lumière, l’animal, le paysage en arrière plan… quasiment impossible!!! voilà pourquoi je pense que la recherche de l’image compte plus. L’image elle même est un plus qui vient peut-être?

      Pour le chacal doré d’europe, rencontre extraordinaire, sans appareil, au couchant: animal que je n’identifie pas, un loup bizarre, des jeunes aux oreilles démesurées. J’ai cherché à revenir avec appareil des jours et des jours, récolté les « traces ». Une seule photographie de soir, après m’être documenté et savoir ce que c’était. Trop sombre, saturé, trop loin (objectif 110mm)!!! J’ai appris un peu de trappe au canada, cela m’a aidé, mais pas de solution quand l’animal ne se montre que le soir!!! Des observations de nuit ensuite, j’ai failli acheter un jumelleinfrarouge.

      Puis plus rien, jamais revu, plus une crotte, rien.

      Bon a savoir: l’animal est observé de plus en plus à l’ouest, en italie, vu en suisse aussi, il va arriver un jour dans les alpes française. Je l’ai observé à la limite le plus à l’ouest qu’il ait été vu.
      Indice: il laisse des traces, marque avec des glandes
      odeur infecte!!!

      Taille plus petit que le loup; oreilles très différentes, pelage variable.

      Bref, ces animaux, comme le loup, quand tu le croises, tu te dis que c’est peut-être la seule fois!

      Je ne crois pas une seconde réussir à faire une belle image de ces animaux furtifs et intelligents, nocturnes (en tout cas plus « visibles » la nuit).

      La plupart des images viennent de zoo ou parcs nationaux avec suivi balise.

      Pour ce que tu dis des modes écolo, exact, ce que j’appelle « industrie verte » est aussi nefaste que toute industrie.
      mon environementalislme est très individuel, ces démarches collectives sonnent faux.

      L’important est d’être conforme à ma vision de la nature et du respect de celle ci.

      Il y a quand même quelques acteurs de développement durable, qui, individuellement, ont une belle démarche, eleveurs, acteurs du « tourisme » de faible
      impact, commevos stages de photo et rando – je ne vous imagine pas balancant les déchets en montagne, ni perturbant les animaux par le bruit ou l’aproche inconsidérée!

      je me méfie par contre des stages liées aux grosses stations avec 10 ou 15 participants et de la pub dans la presse!

      • Tom Mosack dit :

        C’est donc une observations inouïe, quelle chance ! Et quelle belle histoire. Même s’il n’y a pas LA photo à la fin, je pense que beaucoup des lecteurs de ce blog seraient envieux.

        Pour ce qui est du « tourisme vert », je n’aime pas trop ce terme et ce qu’il implique : consommation et banalisation. La montagne n’est pas à vendre. C’est pour cela que nous préférons fournir le matériel aux stagiaires. Comme ça ils n’achètent pas de matériel qu’ils n’utiliseront qu’une fois pour ensuite l’entreposer ou le jeter. Et comme ce matériel ne leur appartient pas, ils ont font attention, et ainsi il dure longtemps. Moins d’achats, moins de consommation, c’est aussi ça être écolo.

        Et bien sûr, nous ne faisons qu’emprunter la montagne. A notre départ, nous tenons un point d’honneur à ce que le site soit comme nous l’avons trouvé. Nous ne cueillons, n’arrachons rien. Pas de feu, pas de déchets sur place. Ce sont d’ailleurs les règles du Parc National des Pyrénées !

        • loïc dit :

          Bravo belle approche. Je n’avais pas pensé: matériel prété = moins de déchets et consommation inutile.

          Les règles des parcs nationaux sont bien faites, idem aux ecrins etc… marcher sur les sentiers déjà faits, respecter les sols, les végétaux, ne pas déranger… les gardes de parc font du bon boulot hélas ils doivent encore trop verbaliser. Par contre les abords de parcs sont de plus en moches dans les alpes.

          Je regrette aussi qu’aux écrins les deltaplanes puissent survoler, les couleurs fluos, les traces à l’atterrissage etc.

          Dommage que la plupart des règles de bon sens et respect de la montagne ne soient imposées que dans les parcs, comme des musées, alors qu’ailleurs en nature le n’importe quoi…

          Je suis dans les alpes tout l’été sinon j’aurai bien partagé un moment avec l’unde vos stages!

          • Tom Mosack dit :

            J’entends de plus en plus de « plaintes » concernant la détérioration des abords des parcs Alpins, de plus en plus de bétons, et des règles stupides qui autorisent quasiment la pollution à condition que ce soit à quelques mètres des limites des parcs… Comme si la nature se bornait aux limites d’un parc !

            Ici, dans les Pyrénées, ce n’est pas le même problème. La fréquentation est beaucoup moins importante, et les problèmes dûs au tourisme de masse sont moins fréquents. C’est aussi pour ça que j’aime les Pyrénées !

            Je crois que la discussion s’est légèrement éloignée du sujet premier : le 300mm f/4. Et si on continuait cette conversation par mail ? Le mien est dans l’onglet « contact » du blog =)

  18. Bonjour !

    Quelques petites questions au sujet de cet objectif…
    J’ai fais quelques essais (sommaires) et j’ai l’impression qu’il faut être bien calé pour assurer une photo nette sans le stabilisateur.
    Dois-je prendre en compte le rapport :
    – 300 « nu » : Vitesse = 1/focale simplement : V = 1/320 minimum
    – 300 + multiplicateur 1.4 II : Vitesse = 1/focale simplement : V = 1/480 minimum
    ou
    – 300 « nu » : Vitesse = 1/focale + coefficient multiplicateur de l’APSC donc x1.6 : V= 1/500 minimum ?
    – 300 + multiplicateur 1.4 II : Vitesse = 1/focale + coefficient multiplicateur de l’APSC donc x1.6 : V= 1/800 minimum ?

    De là va dépendre la montée en ISO et je voudrais réduire au minimum le bruit.

    Bon, je dois t’avouer que je tremblais particulièrement lors de mes quelques essais et qu’il y avait un peu de vent (essais sur feuille de fougère, ce qui n’arrange pas les choses), mais en m’appuyant, les photos étaient nettes.
    Je n’ai pas l’impression qu’il y ait un front ou back focus, ce qui me réconforte mais à confirmer !
    Avec le stabilisateur, à main levée, j’ai pu en sortir les 2 ou 3 que j’ai pris nettes à très faible vitesse, idéal pour le sous-bois.
    Je suppose que le meilleur piqué est aux alentours de f/8, non ?

    Je me permets de te poser toutes ces questions car je voudrais parvenir à bien le maîtriser, si tu as quelques petites astuces en vitesses, ouverture, etc…, je suis preneur.

    Par contre, la tête montée sur mon trépied (MANFROTTO 804RC2) m’oblige à tourner le collier de pied d’1/4 de tour pour le fixer et de le remettre ensuite en position « horizontale », autrement, je n’y arrive pas à cause des manettes.
    Comment procèdes-tu ?
    As-tu acheté une tête pendulaire ou autre tête spécifique ?
    Dois-je opter pour un monopode ?

    Par contre, une question qui n’a rien à voir : quel logiciel utilises-tu pour dérawtiser ?
    Après avoir tourné sur LR3, je suis revenu à DPP car je trouve les couleurs et la BDB plus « justes » avec le logiciel propriétaire.
    En effet, LR3 me paraît générer des couleurs plus chaudes, comme un voile jaune-orangé permanent.
    Je suis peu satisfait du résultat et après avoir tourné et viré de nombreuses fois sur la photo, je ne suis toujours pas convaincu du rendu, contrairement à DPP avec lequel j’obtiens ce que je veux.
    Pour info, mon 50D es sur Neutre, netteté à 5, correction auto lumière désactivé…
    Qu’en penses-tu STP ?

    Merci pour ton aide !
    En te remerciant,
    Cordialement,

    JC

    • Tom Mosack dit :

      Re-bonjour Jean-Christophe,

      Je vais essayer de répondre à tout ça dans l’ordre !

      Bien sûr, à 300mm il faut être bien calé pour obtenir des photos nettes, et en effet avec un Aps-C comme un 50D, il faut prendre en compte le facteur de multiplication. A main levée sans stabilisation, une vitesse de 1/(300×1,6) soit environ 1/500s et plus rapide est nécessaire. Après, avec la stabilisation, il est très facile d’aller jusqu’à 1/320s sans problème. En étant bien calé et en respirant doucement, on peut même aller jusqu’à 1/50s.

      Pour ce qui est de la montée en ISO, en surexposant très légèrement d’1/3 d’IL et en récupérant ensuite au traitement, il est possible de n’avoir presque pas de bruit. Mais Sleg pourrait t’en parler mieux que moi, je pense =)

      L’ouverture « optimale » pour le piqué est sûrement autour de f/8, mais il est déjà très bon à f/5.6. En général, je suis presque toujours à f/4.5 et je ferme si j’ai besoin de profondeur de champ. Ca permet aussi de gagner énormément en vitesse, bien sûr.

      La 804 RC2 est une très bonne rotule, mais pas du tout adaptée à la photo animalière. J’utilise une rotule boule, c’est bien plus pratique, surtout avec le collier de pied ! L’idéal restant bien sûr une pendulaire (petite pour cet objectif) ou une tête fluide vidéo.

      Le monopode peut être une solution, mais le trépied sera toujours plus stable, et plus pratique avec ce genre d’objectif.

      Pour le Logiciel, j’utilise Lightroom 3, qui me plait beaucoup. Après, c’est toujours une question de goût, mais c’est vrai qu’il m’arrive aussi d’avoir des soucis de traitement au niveau de la balance des blancs. Par contre le réglage neutre et netteté à 5 ne sers que pour visionner sur l’écran du boitier, ou pour les previews. Comme tu shootes en RAW, le logiciel ne garde pas les réglages de contraste, saturation, netteté et tout ça. C’est pour ça qu’il faut à chaque fois développer les RAWs =)

      J’espère avoir répondu à tes questions, sinon n’hésite pas =)

  19. Pour info, j’utilise la configuration « animalier » de G. PAREDES.

  20. loic dit :

    ta marque de chaussures est sans doute en causes c’est pour cela que tu as du bougé. ou tu ne possèdes pas le « windstop vapour barier » ??? indispensable pour faire de bonnes photographies, pleines de sensibilité…

    pas trop! cela nuit à l’image!!!
    ahah

  21. Bonjour Tom !
    Je reviens vers toi pour te demander conseil au sujet de cet objectif…
    Je suis descendu à l’étang prendre quelques photos de flamands roses, assez peu coopératifs car assez distants.
    Malgré tout, après quelques PDV d’oiseaux posés et en vol (flamands, canards, aigrettes,…) soit une bonne vingtaine de clichés, toutes mes photos sont parties à la corbeille !
    J’ai essayé plusieurs configurations :
    – vol : Tv 1/2000, Av 8, ISO Auto, AI Servo, rafales,…
    – posé : Av 4 puis 8, vitesse de l’ordre de 1/640, 1/800 ou 1000, One shot,…
    Le tout à main levée et avec stabilisateur, mais bon,… avec d’autres objectifs, tout se passe bien pourtant et à des vitesses bien moindres par rapport à la focale…
    Impossible d’en sortir une nette !
    Retour à la maison, essai sur trépied sans stabilisateur, il y a du mieux mais la qualité d’image n’est pas transcendante pour un « L ».
    Mon 50 f/1,8 II reçu hier pique bien plus !
    Pourtant, le choix des vitesses me laisse une marge bien confortable.
    Un FF ou un BF ne serait pas la cause car l’ensemble de la photo est floue, rien de net à un point donné.
    Chose curieuse, lors des quelques premières photos, une mésange nonnette est sortie très nette, sans stabilisateur et à des vitesses raisonnables, pourtant, sur une première photo, elle était dans l’herbe et sur la seconde, sur un « abreuvoir » en liège entrain de s’essorer…
    Je ne comprends vraiment pas !
    Une recherche sur le forum m’a conduit à un message envoyé par un membre qui avait en gros le même problème avec un 70-300.
    On lui a conseillé de modifier la cfn « recherche du point » initialement réglée sur « 0 » vers le « 1 » (je n’ai pas encore pu essayer de modifier ce paramètre).
    Ses résultats se sont dès lors améliorés.
    Comment as-tu configuré cette fonction ?
    D’où cela peut-il venir selon toi ?
    Je ne pense pas que l’objectif ait un problème mais plutôt que cela vient de moi (comme dans la majorité des cas…), soit d’un tremblement excessif mais sur trépied, ça aurait du s’améliorer soit d’une fonction (on dirait que quelque chose perturbe la stabilité ou la mise au point) ou autre…
    Merci de m’avoir lu, j’attends ton avis avec impatience car je suis un peu « contrarié » vu que j’ai mis longtemps à le choisir et à pouvoir me le prendre…
    Cordialement,
    JC

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Jean-Christophe,

      Pas facile de maîtriser un nouvel objectif, n’est ce pas ? Peux-tu m’envoyer par mail quelques photos floues pour savoir d’où ça peut venir ? Mon mail est dans l’onglet « Qui suis-je ?/Contact ».

      As-tu essayé de faire la mise en point en Liveview ? Est-ce que le problème persiste ?
      Est-ce que les photos sont majoritairement floues sur des sujets en mouvement, ou aussi sur des sujets statiques ?
      L’IS est-il sur la position 1 ou 2 ? Le limiteur de mise au point est-il réglé à 1,5m ou à 3m ?
      J’aimerais voir aussi quelques images prises sur trépied, pour voir d’où peut venir le soucis.

      Concernant la fonction, je ne l’ai pas sur mon boitier (j’utilise toujours mon 450D), donc je ne peux pas t’aider sur ce point. Mais tu peux toujours essayer les positions possibles et voir s’il y a une amélioration =)

      En tout cas, je te comprends tout à fait. J’ai déjà eu quelques mauvaises surprises avec du matériel. Si ça vient de l’objectif il faudra l’échanger, mais on va essayer de régler ça en espérant que ce ne sont que des mauvais réglages.

      • Jean-Christophe MORACCHINI dit :

        Je t’ai envoyé un mail sur ta messagerie personnelle.
        Merci et bon appétit !
        Cordialement,
        JC

    • loc dit :

      une possibilité de bougé expliquée ici:
      http://www-dase.cea.fr/evenement/syntheses_resultat.php?n=-1&type_bulletin=proche&lang=fr

      autre solution: les antiépileptiques, pas remboursés pour la photographie!

      sérieusement, tu me semble trop obnubilé par la technique, et le 300 f/4 semble très bon au plan IS!
      j’utilise des longues focales sans stabilisation et les résultats sont bons même sous les 150è!!!

      une astuce je fais beaucoup de tir à l’arc et je pense photographier comme tirer à l’arc: surtout sans apnée!!!

      à oublier la technique, ce que permet un bon téléobjectif stabilisé, tu gagne en rapport authentique à la montagne ou nature.
      la technique ne vaut que pour ne pas gacher l’émotion, elle ne fait pas la bonne image!

      avec IS une image DOIS être sans bougé en dessous de 1/100, sans IS au dessous de 1/250, cela dépend aussi du sujet, son mouvement propre. Mais sauf colverte n vol, au dessus de 1/250 ou 300 tu es garanti.

      l’IS par contre ne couvre pas des effets du vent fort, ni les oscilation lentes du corps, d’ou l’attention à porter à sa stabilié, souffle, etc; surtout au moment du déclencheur, je continue de respirer calmement, surtout pas « bloquer »

      franchement je n’y pense jamais!

      cordialement, et merci pour quelques termes amusants…

  22. Merci pour ta réponse rapide !
    Alors, « As-tu essayé de faire la mise en point en Liveview ? » : non, pas pour l’instant.
    « Est-ce que les photos sont majoritairement floues sur des sujets en mouvement, ou aussi sur des sujets statiques ? » : les deux (en mouvement je comprendrais mais sur le statique…) !
    « L’IS est-il sur la position 1 ou 2 ? » : position 1.
    « Le limiteur de mise au point est-il réglé à 1,5m ou à 3m ? » : j’ai essayé les deux en fonction de la distance de PDV.
    Je pense surtout que cela vient de moi.
    J’ai bien envie de remettre à 0 toutes les cfn personnalisées…
    Ce qui m’inquiète c’est que j’ai essayé en tout Auto (pour une fois) et c’est pareil.
    Je vais te sélectionner quelques photos entre midi et deux et te les faire parvenir pour voir.
    Je devais les joindre pour que tu puisses visualiser mieux le problème mais je n’ai pas pu les redimensionner hier soir.
    Je me pose vraiment des questions car je pense, AMHA, avoir fait le tour des cfn et je ne vois pas de quoi cela pourrait venir…
    Je vais encore regarder ça à midi.
    Merci à toi !

    • Tom Mosack dit :

      Avec plaisir !

      Je viens de regarder tes photos. J’ai le même soucis, mais ils ne vient pas de nous, ou du matériel. Il vient de l’environnement ou de la proximité avec le sujet ! Je m’explique :

      – avec le colvert, par exemple, le sujet est trop loin. Il est donc très petit dans le viseur, et beaucoup plus petit que la taille réelle du collimateur d’autofocus. Le boitier fait donc la mise au point sur une zone plus grande et n’arrive pas à faire le point correctement. En mise au point manuel, ce problème doit disparaitre.

      – c’est la même chose pour les flamants roses, à part que là le problème est aussi que le contraste entre le fond et le sujet n’est pas assez fort pour que la mise au point se fasse correctement.

      – pour le héron garde-bœuf en vol, je pense que c’est un tout. Le sujet est rapide, la mise au point (même en continue) n’est pas assez rapide et précise, et le sujet est trop éloigné.

      Je ne sais pas si le 50D permet de passer en mise au point « spot ». Si oui, ça pourrait aider dans ce genre de cas. Sinon, il n’y a pas de solution miracle, il faut être plus près, ou utiliser la mise au point manuelle.

      En espérant que ça t’aide =)

  23. Merci pour ton avis !
    Je précise que ces PDV étaient des essais, il ne faut rien y chercher d’artistique…
    Et encore, sur le JPEG redimensionné, l’effet n’est pas visible…
    Donc, d’après toi, l’objectif n’est pas en cause ?
    As-tu vu la différence par rapport aux photos de la nonnette et aux autres objectifs, pourtant moins « bons » ?
    Pour les sujets distants et/ou en mouvement, OK mais ne penses-tu pas qu’il y ait également un problème de flou de bouger ?
    Qu’entends-tu par mise au point « spot » (un seul collimateur actif ou le mode de mesure de lumière) ?
    Donc, d’après toi, il faut que je refasse des essais sur des sujets plus contrastés, plus lumineux et qui remplissent bien le collimateur ?
    Ce qui expliquerait la netteté de la nonnette (pour le rouge-gorge, c’était bien de ma faute) ?
    Si je veux faire une photo de paysage, j’aurai le même problème de netteté ?
    A quelles distances je dois me cantonner pour différentes sujets ?
    Excuse-moi d’abuser de ton temps et pour toutes ces questions mais j’aimerai vraiment mettre l’objectif hors de cause…
    En te remerciant,
    Cordialement,
    JC

    • Tom Mosack dit :

      Non, je ne pense pas que l’objectif soit en cause. On voit bien la différence avec les autres objectifs, mais les conditions ne sont pas du tout les mêmes. Pour la nonnette (qui est en fait une fauvette à tête noire, il me semble), elle devait être assez proche pour permettre une bonne mise au point. Par contre, je ne vois pas de flou de bouger. Sur les photos que tu m’as envoyées ce sont toujours des flous de mise au point. Parfois dûs au fait que le sujet est en mouvement, mais il n’y a pas de flou de bouger à mon avis.

      Pour le rouge-gorge, les deux me semblent bien nettes. La première souffre juste d’une mise au point un peu trop en avant, mais ça arrive souvent avec les passereaux.

      Par contre tu n’auras pas le même soucis sur du paysage. Déjà, parce qu’à 300mm, le sujet sera souvent assez loin pour avoir une grande profondeur de champ. Ensuite parce qu’il sera beaucoup plus facile de faire une bonne mise au point. Donc aucun soucis à avoir à ce niveau-là 😉

      Pour la distance au sujet, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. En fait, si un sujet est petit dans le cadre, il y a de grandes chances que l’AF ne fonctionne pas bien. Donc autant faire la mise au point en manuelle. Et sinon, il faut attendre que le sujet se rapproche et qu’il remplisse une bonne partie du cadre avant de déclencher.

      Aucun soucis pour les questions, en espérant que mes réponses t’aident =)

  24. Tu me rassures !
    Je préfère que cela vienne de moi, ce dont je ne doutais pas, mais la crainte d’un FF ou d’un BF, assorti à un problème d’objectif m’inquiétaient au plus haut point, d’autant qu’un renvoi de Corse vers l’Allemagne n’est pas de la plus grande simplicité…
    Pour la fauvette (je me suis trompé, merci pour la précision), elle était effectivement très proche, de l’ordre de quelques mètres (3 environ), tout comme le rouge-gorge, à la différence que, pour la fauvette, j’ai pu me caler convenablement alors que pour le rouge-gorge, je l’ai pris à main levée à 45° environ, donc tremblements inévitables.
    La mise au point en avant sur cet oiseau est due au fait que j’avais du utiliser un f/4 pour bénéficier d’une bonne vitesse sans monter en ISO et qu’il n’arrêtait pas de bouger la tête (la distance de PDV étant de 2 mètres environ, ceci expliquant cela).
    En ce qui concerne la photo de paysage, je vais tenter de prendre quelque chose de statique et sur lequel l’AF pourra bien accrocher, style une montagne aux parois bien striées pour vérifier si tout est OK.
    Effectivement, mes essais ont été effectués sur des sujets éloignés, certains en mouvement et ne se détachant pas bien du fond…
    Par contre, j’ai omis de te dire que j’ai fait quelques essais sur une tige de fougère à courte distance (2-3 mètres) avec une ouverture de f/4 ou 8 et que ceux-ci ont été concluants.
    En somme, il faut se tenir à distance respectable du sujet en fonction de sa taille.
    Je pense que c’est bien de là que vient le problème : je vais donc réduire mes distances de PDV.
    J’en étais bien conscient avec le 18-200 (cf. le rouge-gorge agrippé en verticale sur le tronc, à environ 1.5 mètre) mais avec le 300, je ne sais pour quelle raison, c’est une règle que je n’ai pas respecté.
    Nul doute que le problème venait bien de moi (configurations cfn erronées, problèmes de mise au point, etc…) sans avoir besoin d’incriminer l’objectif ou l’APN, mais, le doute subsistant, j’ai bien fait de te poser la question !
    Je vais procéder à de nouveaux essais et, si je peux me permettre, t’informer des résultats.
    En te remerciant pour ton aide et tes explications très précises !
    Amicalement,
    Jean-Christophe

    • Tom Mosack dit :

      De toute manière, il me semble qu’un décalage de l’AF est facilement corrigeable avec un 50D et une focale fixe via les micro-réglages. Donc aucune crainte à avoir à ce niveau avec ce boitier =)

      On est bien d’accord, il faut juste apprendre à maîtriser l’objectif et ensuite ce sera sûrement très bien ! Bien sûr, si tu as d’autres questions, n’hésite pas à me recontacter 😉

      Bonne journée et à très bientôt !

  25. AUBRY dit :

    Voila, mon sigma 120-300 a rendu l’âme ( salade de pignons, mise au point HS etc … ) que du bonheur! Plus qu’a casser la tirelire mais pour canon cette fois.
    J’ai retenu ces trois optiques :
    300/f4 stabilisé ou 400/f5.6 ou 100-400 stabilisé.
    Une personne m’as gentiment prêté un 400/f5.6 au parc des félins ( pour ceux qui connaissent ) et j’ai apprécie sa qualité de photos ainsi que la rapidité de mise au point mais j’ai été ennuyé par la focale quelque fois trop longue, donc je me suis plus ou moins rapproché du 300/f4 qui semblerai plus me convenir ou éventuellement du 100-400 mais qui interférerai avec un sigma 50-500 monté sur un autre boitier.
    Par contre, en parcourant divers forum, il semblerai que le 400/f5.6 soit plus performant malgré son ouverture plus faible, auriez vous des conseils a me fournir a ce sujet ( uniquement sur ces objectifs montés sur 50d ).
    Merci d’avance

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Philippe,

      Et désolé pour la réponse tardive. Toutes mes condoléances pour le 120-300, mais au moins c’est l’occasion de changer pour du meilleur matériel !

      Dur de choisir entre ces trois objectifs. Pour savoir lequel conviendrait le mieux, je pense qu’il serait bien de regarder les exifs des photos prises avec le 120-300. A quelles focales ont-elles été photographiées ? A quelles ouvertures ? Et étiez-vous souvent à fond de zoom avec ?

      Si vous utilisez des focales très diverses, le 100-400 sera sûrement un bon choix. Mais si vous photographiez principalement à 300mm et à pleine ouverture, il vaudra peut être mieux aller vers un 300 f/4. Et enfin, si vous étiez trop court à fond de zoom, peut être que le 400mm f/5.6 est plus à conseiller.

      Il faut aussi prendre en compte qu’un 400mm sur un 50D a besoin d’une vitesse très élevée pour ne pas avoir de flou de bouger personnel. Donc si la lumière manque, il faudra l’utiliser sur trépied. Alors que les 300 et 100-400 sont stabilisés, ce qui peut aider. D’autant plus que le 300 est deux fois plus lumineux, et qu’il permet aussi de faire de la proxiphoto.

      Donc pour savoir lequel de ces trois objectifs vous convient le mieux, il faut bien définir vos besoins et vos envies. Je vous conseille aussi de vous rendre dans le magasin de photo le plus proche et d’essayer ces trois objectifs pour vous faire une idée de leur prise en main.

      Bien sûr, si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas.

      A bientôt !

  26. Aubry philippe dit :

    Bonjour, merci pour votre réponse.
    J’utilisai mon 120-300 avec trés souvent un TC de 1.4 et bien que mes exifs soient souvent aux alentours de 400mm je me suis quand meme decidé pour le 300mm.
    Ce qui a motivé mon choix, pas facile quand meme :
    – 100-400 : j’ai un aussi un sigma 50-500 que ma femme utilise et qui ferai donc un peu double emploi, d’aprés les commentaires des forums certain modeles souffrent d’un manque de piqué.
    – 400 /5.6 : malgré de trés bon retours de qualité photos la focale fixe de 400 me fait un peu peur, 5.6 d’ouverture et non stabilisé.
    – 300 /4 : focale plus passe partout, possibilité de mettre un tc 1.4 sans perdre l’af, 4 d’ouverture, tres bon commentaires, stabilisé …
    Phus qu’a voir a l’usage, j’ai hate.
    Philippe

  27. Jean-Baptiste CUYALA dit :

    Bonjour,

    J’aurais besoin de quelques conseils.
    Je me suis acheté il y a un an un eos 60d avec un Canon EF-S IS USM 15 – 85 mm f/3.5 – 5.6. Je trouve cet objectif super intéressant pour les portraits ainsi que les paysages mais j’aimerais investir dans un nouvel objectif doté d’un zoom bien plus fort pour la photo sportive et de la faune sauvage en montagne.
    Il se trouve que canon fait une remise intéressante sur plusieurs objectifs de la série L jusqu’à la fin du mois.
    Dans un premier temps le Canon EF IS USM 70 – 300 mm f/4.0 – 5,6 L m’intéressait car la focale complète bien celle de mon 1° objectif tout en ayant un télézoom intéressant. après réflexion je me suis dit que pour la photo animalière, on est souvent en plein zoom et du coup j’ai pensé plutôt au Canon EF IS USM 300 mm f/4.0 série L car son ouverture est intéressante par rapport au précédent.
    Après je me suis posé la question si un 300mm ne serait pas un peu juste pour photographier ces animaux craintifs (isards, chevreuil, et scène de chasse au chien d’arrêt) et j’ai donc regardé le
    Canon EF USM 400 mm f/5.6 série L mais l’abscence de stabilisateur ne me convaint pas.
    J’ai aussi regardé le Canon EF IS USM 100 – 400 mm f/4.5 – 5.6 série L mais on me la déconseillé en boutique car on me la qualifié de véritable aspirateur à poussière en raison de son système de zoom à pompe.
    C’est pourquoi, j’aimerais savoir si le Canon EF IS II USM 70 – 200 mm f/2.8 série L
    combiné avec Canon Multiplicateur de focale EF 2x III correspond à un EF IS USM 140-400mm f/4,8 L. (on me parle de la perte de deux diaphragme) Cette association m’a l’air intéressante pour la photo animalière et sporive mais est-ce qu’on perd vraiment en qualité d’image, netteté, piqué…
    Cette association vous paraît elle meilleure que le Canon EF IS USM 100 – 400 mm f/4.5 – 5.6 série?

    Je sais que le prix n’est pas le même mais je ne suis pas si préssé que ça et je suis près à économiser un moment pour me payer un vrai bel objectif pour durer longtemps…

    Merci de me donner votre avis de professionnel

    Cordialement
    Jean-Baptiste CUYALA

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Jean-Baptiste,

      Je crois que vous avez vous même répondu à la question avec ce message. Pour vous, un 300mm serait trop court, alors il faudrait s’orienter vers un 400mm. Si le manque de stabilisation est gênant pour vous, un 300mm avec multiplicateur (=420mm) serait une bonne solution. Sinon, le 100-400 est un très bon objectif qui aura un bien meilleur autofocus qu’un 70-200 avec doubleur. D’autant plus qu’acheter un 70-200 f/2.8 uniquement pour en faire un 140-400 f/5.6 (l’ouverture est un rapport, f/5.6 est donc deux diaphragmes plus fermé que f/2.8) est un non-sens, puisqu’il existe déjà un objectif meilleur : le 100-400.

      Donc pour vous, je pense qu’un 100-400 peut convenir. Mais je vous conseille tout de même de tenter de l’essayer pour vous faire une idée de l’ergonomie et du poids de l’objectif.

      En espérant avoir répondu à vos questions.

      Bonne journée et à bientôt.

      Tom Mosack

  28. Jean-Baptiste CUYALA dit :

    Bonsoir,

    Désolé de ne répondre que maintenant !
    Merci pour tout vos conseils, j’ai finalement craqué pour le 70-300 USM L IS.
    Je suis très satisfait par la qualité de l’objectif ainsi que de sa robustesse.
    Bravo pour vos magnifiques photos, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre !!

    Bien cordialement
    Jean-Baptiste CUYALA

  29. Roger dit :

    Bonsoir Tom
    Merci pour cet article sur le 300 mm série L, je débute dans la photo depuis un an et possède un eos 550D capteur PAS/C avec bien sur le kit 18/55 et 55/200 et le dernier Tamron 18/270. Je voudrais partir un peu plus sur l’animalier et j’hésite entre le 300mm f4 et le 100/400 serie l is usm f4 / 5.6 avec en plus l’extender 1.4.
    Merci par avance de vos conseils
    Cordialement
    Roger

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Roland,

      Si vous avez besoin de luminosité et d’une qualité d’image au top, prenez le 300 f/4. Si vous avez besoin de versatilité, penchez plutôt pour le 100-400. Et si vous avez besoin des deux, et que le budget est là, il y a le 200-400 f/4, qui est excellent.

      Bonne soirée et à bientôt.

      Tom

      • centropyge56 dit :

        Bonsoir,
        Tout nouveau sur le blog, je découvre cet article qui est très intéressant. Possédant un CANON 300 mm f/4, j’aimerais votre opinion sur l’utilité d’un monopode avec ce type d’objectif couplé avec un CANON 7D. En effet, je l’utilise beaucoup « en itinérant » et pour randonner « léger », je ne souhaite pas emporter un trépied. J’ai donc opté pour un monopode : apporte-t-il réellement un plus et faut-il comme avec un trépied couper le stabilisateur ?
        Merci

        • Tom Mosack dit :

          Bonsoir,

          En effet, un monopode peut être utile avec ce matériel. Tout d’abord parce que le poids combiné du boîtier et de l’objectif doit avoisiner les 2,5kg, ce qui n’est pas rien. Le risque de tremblement est alors augmenté. Ensuite, pendant l’effort il arrive souvent d’avoir le souffle court ou de trembler légèrement. Un appuie supplément peut alors être le bienvenu. Enfin, le monopode est bien sûr utile quand la lumière est basse.

          Avec le 300mm et sur monopode (à l’inverse du trépied), il vaut mieux laisser la stabilisation. Les images seront de meilleure qualité en vitesses basses.

          Bonne soirée et à bientôt.

          Tom

          • loic dit :

            J’ai finalement opté pour du nikon, en 70 300 et 300/4: beaucoup moins cher que canon, avec surtout la possibilité de très bons boitiers pas très chers, et optiques 50mm ou 85mm de très bonne qualité aussi.
            Canon est devenu cher, je ne suis pas sur que la qualité soit meilleure au contraire.
            Vive le made in china!

            Le 70 300 est assez léger
            par contre le 300/4 est lourd il faut un monopod au minima.

            Je préfère le monpod au trépied, pour l’approche c’est simple à utiliser:
            – « branché » en permanence sur l’appareil, assez haut
            – en zone terreuse, se PLANTE bien dans le sol et alors très stable.
            Par contre à l’affut le trépied est le meilleur choix, surtout aujourd’hui on peut filmer aussi.

            Pour l’observation, je viens de tester le très bon celestron regal, superbe et doté d’une adaptation T cela fait un 580mm correct (mais lourd) en photographie, l’intéret est surtout visuel avec un oculaire ultra grand angle à ces distances c’est impressionnant ( en grossisement 45 fois par exemple): parfait pour l’observation lointaine, à moins de ne s’intéresser qu’a la photographie, ce qui est limité!

  30. […] l’année dernière, l’article le plus vu, commenté et partagé est celui sur le Canon EF 300 mm f/4.0 L IS USM. Faute d’un budget suffisamment conséquent, les articles sur le matériel n’ont pas […]

  31. Antoine dit :

    Bonsoir,

    Après plusieurs mois d’hésitation j’ai enfin décidé d’investir dans cet objectif qui semble répondre à tous mes critères. J’ai cependant une question par rapport à l’extender x1.4 II ou III, il semblerait (suite à de nombreuses lectures sur divers forums) qu’on ne conserve l’AF seulement à f/5,6 et pas au delà, est-ce vrai ?

    Bien Cordialement,
    Antoine.

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir,

      L’AF est bien conservé avec cet objectif et cet extender, à toutes les valeurs d’ouverture. En fait, l’AF est conservé si l’ouverture maximale avec un extender est de f/5.6 ou plus ouvert. C’est le cas ici, mais pas avec un 400mm f/5.6, par exemple, qui finirait à f/8.0 au maximum.

      Bonne soirée.

      Tom

      • Antoine dit :

        Bonjour,

        Tout d’abord merci beaucoup pour la rapidité de votre réponse, merci également pour les informations. Me voilà fin prêt à passer le cap de la dépense ;).

        Bonne journée.
        Antoine.

        PS: Continuez comme ça votre site est génial !

  32. Thierry THEODOSE dit :

    J’ai lu plus haut que vous parliez du Sigma 100-300 f4 comme bon, volumineux mais mal fini… Les deux premiers qualificatits sont exacts, mais le troisième à savoir mal fini est absolulent inexact. Le Sigma 100-300 f4 EX est un objectif lourd mais très bien fini, qui ne s’allonge pas pour un zoom (ce qui est plutôt rare) en effet c’est un « internal focus » dont la lentille s’allonge à l’intérieur du bloc optique. les bagues sont douces et rès bien finies, on peut retoucher le point et c’est une très belle alternative au Canon 300 f4 IS. UIl pique moins à 300 mm à f4, mais il pique plus que la plupart des zooms, plus que le Canon 100-400 L. J’ai possédé cet objectif qui hélas a été arrêté par Sigma il ya deux ans..

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Thierry,

      La construction de cet objectif est bonne, aucun doute là-dessus. Quand je parlais de la finition, c’était notamment pour la peinture granité, qui est une horreur à tous les niveaux. Cette même peinture disparaît d’ailleurs peu à peu de la gamme Sigma !
      De même, je n’ai pas critiqué la qualité optique de cet objectif qui est tout à fait honorable comparé aux autres objectifs de même prix ou de même amplitude.

      Bonne soirée.

      Tom

  33. J’avais parfaitemement noté que vous ne critiquiez pas sa qualité optique qui est excellente (dommage qu’il ne soit pas stabilisé) La peinture granitée ne pose pas problème sur le mien je n’ai aucune marque dessus depuis 6 ans mais je souhaite le revendre car je me suis racheté un boitier 1 D Mark III d’occasion en parfait état, et je préfère lui adjoindre un objectif Canon (quoique le couple 1D Mark III + 100-300 f4 fonctionne bien) Je pensais au 300 f4 IS c’est pourquoi j’ai vu votre blog et cette discussion passionnante. Vous m’avez convaincu pour l 300 f4 IS qui pique bien plus fort que le 100-400 f4,5-5,6 et son ouverture glissante. J’ai conscience qu’une focale fixe et plus contraignante sous certains aspects mais pique d’avantage…
    Merci encore pur ce superbe blog

    • Tom Mosack dit :

      Avec plaisir ! En effet, le 300 f/4 est un excellent objectif et à mon avis également un meilleur choix que le 100-400. A compléter éventuellement avec un 70-200.

      Bonne soirée et à bientôt.

      Tom

      • loic dit :

        canon vous verse un pourcentage, avec tous ces « convaincus »???

        idée:
        commercial
        ça peut payer plus que la montagne!!!

        • Tom Mosack dit :

          Haha, je n’ai pas de pourcentage de Canon, mais ce serait mérité ! Non, je fais ça pour le plaisir. J’aurais bien aimé trouver des articles comme le mien quand j’ai commencé la photo =)

          • loic dit :

            Vous passez beaaucoup d’energie à répondre c’est bien!

            mais je vais etre franc:
            au début j’ai trouvé passionant votre test, puis testé moi meme plusieurs boitiers et optiquees avant d’acheter (du nikon et sigma!)…
            le cann 300/4 L n’en mérite pas tant!!!!

            TOUTES LES MARQUES NEGLIGENT LA CATEGORIE TELEPHOTO ET EN FONT UNE MACHINE A FRIC SEULS LES OUVERTURE 2,8 de canon nikon et sigma soont comparable en piqué et transmission à un 85mm de qualité.
            TOUTES LES OPTIQUES MOINS CHERES SONT DES BOUSES… dont moi aussi je me contente, seul la qualité du photographe fait le job pas l’optique à ces budgets.

            Passer une heure ou deux sur DXOMARK compare lenses est surement plus interessant encore que votre test:
            – en aps-c, votre canon 300/4L n’est pas meilleur qu’un 70-300 cano a un ou deux point près, sur une note lamentable de 12 (9 avec votre boitier!!!!), meme une optique de supermarché à 200 euros a le meme piqué meme transmission meme « respect » des couleurs.
            en élargissant les marques, c’est l’ensemble boitier plus optique qu’il faut cnsidérer à un budget donné:
            là les aps c nikon s’en sortent mieux avec les ouvertures 4 ou 5,6, notes proches de 15, avec un D7000 ou D3200.

            Mais: un sigma zoom est quassiment aussi bon qu’un nikon f/4 et meilleur qu’un nikonzoom à 5,6!!!

            francheement j’ai préféré investir dans du nikon en boitier aps-c, les résultats snt meileurs meme avec des optiques sigma à 200 euros , j’ai acheté pour rien le nikon 300 f/4 pas si bon… mais meileur que le canon.
            l’investissement futur, c’est sur le boitier: 2000 euros sur un D800 le meilleur cateur de chez nikon, valent mieux que 1500 euros sur une optique trop mauvaise pour proposer un ecxtender!!!
            et: sauf à ne photographier qu’en téléobjectif, les résultats des autres focales sont à considérér les excelllents 35, 50 et 85 à 1,8 de nikon sont un régal sur aps-c, sur full frame je n’ose imaginer!!!!!!!!!!!!!!!!!!

            c onclusion
            – sur un 300mm, soit mettre 6000 euros dans l’optique 2,8!!! soit acheter le moins cher possible y compris en zoom
            mais INVESTIR dans la qualité du capteur et du botier!!!
            200 à 500 euros pour le télé et 500 à 2000 sur le boitier, ça c’est un vrai conseil fondé .
            nota: les extender sont des horreurs y compris sur du 2,8, mieuxx vaut S APPROCHER DU SUJET QUITTE A PRENDRE DES COURS DE CHASSE!!!!

            cordialement et sans rancune pour la fausse bonne indication du canon 300/4 que j’ai failli acheter à tord!!!!!!!!!!!!!!

            • Tom Mosack dit :

              Bonjour,

              Merci pour cet avis très tranché. Je ne vais pas débattre de l’utilité de mon test. Je préciserai simplement qu’il n’y a pas que le piqué qui compte en photo. Je vois la différence entre mon ancien 55-250 et mon 70-200 f/4, et je vois la différence entre les 70-300 et le 300 f/4, ça me suffit.

              J’ajoute aussi que dans cet article, je n’oblige personne à acheter quoi que ce soit, j’exprime seulement mon point de vue. Donc heureusement que c’est « sans rancune » !

              Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, tant pis, mais merci de le dire de façon courtoise sans insulter mes lecteurs et moi-même.

              Bonne soirée.

              Tom

        • Thierry THEODOSE dit :

          Hello Tom,

          C’est encore moi Thierry qui suis intervenu à propos du 100-300 f4 Sigma. Je me permets de répondre à Loïc que son scepticisme n’a égal que sa probable méconnaissance du Canon 300 f4 IS. Mets lui un boitier canon lambda et laisse le errer à sa guise pendant 2 heures et il comprendra le bougre !
          Donc ce fameux Sigma 100-300 f4 que je vais revendre avec regret (il me satisfait au plus haut point mais je souhaiterais une focale fixe pour piquer encore plus donc je pense à ce fameux 300 f4 IS Canon. je te laisse un lien en te demandant si tu penses que le Canon piquera autant que sur mes images au Sigma 100-300F4 (ce que je pense mais la barre est assez haut -photos faites à Roland Garros l’année dernière) Merci de me dire ce que tu en penses…. Voici le lien
          http://www.eos-numerique.com/forums/f40/roland-garros-2012-1er-tour-dans-les-m-andres-des-courts-annexes-220846/

          Cordialement,

          Thierry

          • Tom Mosack dit :

            Bonjour Thierry,

            Je pense que Loic était ironique 😉

            J’ai jeté un oeil à tes photos, qui sont bien sympathiques. Je pense que les résultats avec le Canon seront meilleurs, notamment au niveau de l’autofocus, qui semble être un peu limite sur certaines. Pour ce qui est du piqué, dur de juger sur des photos compressées à moins de 300ko… Mais je sais que le 300 f/4 pique plus que le 100-300 f/4.

            Bonne journée.

            Tom

  34. Thierry THEODOSE dit :

    C’est sûr ça piquera plus que ça… Ok Pour l’autofocus ces images ont été prises avec un 40 D dont l’autofocus quoique performant n’a rien à voir avec l’autofocus du 1D Mark III que je viens d’acquérir. la j’ai l’impression de conduire une Ferrari. Par contre le paramétrage… Au secours ! De l’autre côté ç vaut le coup de se faire chier à paramétrer car les résultats deviennent exceptionnels en terme de suivi. Sur le 40 D en Tennis pro ça va à peu près pas trop de déchet, mais en Football (!!!) Au secours… Sinon j’ai acquis un70-200 f2,8 L (comme tu m’en parlais un peu plus haut) c’est la première acquisition que j’ai voulu faire avec le 1D Mark III, après la revente de tout mon parc d’objectifs. J’y ai joint un 17-40 L (acheté hier soir, j’ai pensé au 16-35 bien au dessus mais le tarif (!!!!) faut pas déconner. Et puis dernière étape pour l’instant c’est la revente du 100-300 f4 Sigma, pour financer un 300 f4 IS. Merci pour ton blog il est super, aussi bien que la plupart des forums où les gens s’étripent, ici tout est plus cool et de bon conseil… Je surveille et j’interviendrai de temps en temps, c’est fort instructif…

    A bientôt,

    Thierry

    • Tom Mosack dit :

      Ah ben voilà, un bon boitier avec de bons objectifs, ça promet ! =)
      Merci beaucoup pour ces mots sympathiques, tes commentaires sont les bienvenus par la suite.

      A bientôt.

      Tom

  35. Thierry THEODOSE dit :

    Au fait Tom j’ai aussi une question un peu technique: J’ai cru lire je ne sais où sur ton blog je crois que le 300 f4 couplé à 1′ extendeur Canon (x2)permettait de garder l’autofocus actif sur les séries 1D seulement, mais pas sur les autres types de boitiers (on perdrait l’autofocus sur tous les autres boitiers en somme sauf sur les 1 D?
    La question ne vaut que pour le doubleur de focale (x2) par le (1,4)

    • Tom Mosack dit :

      Exactement. Sur la plupart des boîtiers Canon, l’autofocus n’est conservé que si l’ouverture la plus grande de l’objectif est de f/5.6 ou plus ouvert. Sauf pour les 1D, ou c’est f/8.0. Il me semble alors que le collimateur du centre fonctionne toujours. Donc avec un 300 f/4, sur la plupart des boîtiers l’autofocus ne marchera pas avec un doubleur (on perd deux diaph, donc f/4 devient f/8), sauf avec les 1D.

  36. Thierry THEODOSE dit :

    Ok Merci piur la précision… Le (x1,4) sera le plus souvent utilisé mais je voulais savoir pour l (x2) au cas où

    Merci encore,

    Thierry

  37. Salut Tom !
    J’ai été surpris de souvent retomber sur ton article/test sur le 300mmf4 quand je recherchais toutes les infos possibles sur ce bel objet !
    depuis plus de 3 ou 4 mois je regarde, lis et « analyse » tout ce que je trouve sur le net sur les zooms Canon à prix « abordable » à savoir le 100/400, le 300/f4 et le 400/f5.6
    j’ai loué en novembre 2012 le 400/f5.6 pour une semaine : c’était la première fois que j’avais un L en main : un af de fou et un très beau piqué par rapport à ma plus grosse optique un 70-200 f2.8 Tamron pourtant bien réputé et qui fonctionne vraiment bien ! (que j’avais durant le durant le stage photo du mois de juin dernier dans les Pyrénées !)
    Après est venu le temps de la réflexion et des recherches sur le net…et de l’analyse de mes envies/besoins
    la « faible » ouverture du 400 m’effrayait et l’impossibilité d’y ajouter un 1,4x sans perdre l’AF aussi…
    Le 100-400mm , même si c’est un très très bon objectif ne m’a pas convaincu par rapport à tout ce que j’ai lu sur le net ! le fait qu’on le trouve vraiment très facilement en occasion à achevé de me convaincre qu’il n’était pas « top top » même si le range 100-400 peut-être vraiment appréciable pour beaucoup de situation.

    Bref mon choix c’est arrêté au final sur le 300/f4 que j’ai reçu aujourd’hui, et bien sûr cet après-midi je n’ai pas résisté à aller faire mes premières armes avec lui et le 7D au zoo de Mulhouse et bien que ne maîtrisant pas encore cet objectif je suis très satisfait !

    Le seul truc surprenant (même si je l’avais lu ici ou là sur net) est le « bruit » de la stabilisation: rien de rédhibitoire mais surprenant la première fois qu’on le monte sur l’apn et que du coup on est à l’écoute du moindre « truc »…
    Après une après-midi au zoo j’avoue n’avoir plus rien entendre et n’y avoir même pas prêté attention !!

    Bref un beau jouet et une valeur sûre !!

    Olivier

    • Tom Mosack dit :

      Salut Olivier,

      Merci beaucoup pour ton commentaire et bienvenu dans la grande famille de propriétaires de 300 f/4 ! =) Je suis content que tu en sois satisfait, et je crois que ça ne changera pas. Et effectivement, je pense que tu as fait le bon choix si tu as besoin d’un télé relativement lumineux.

      Pour le bruit de l’IS, il est tout à fait normal, et comme tu le dis, on s’habitue vite. J’ai remarqué aussi que certaines personnes sensibles aux ultrasons peuvent être gênées par ce bruit, mais en général pas de soucis.

      Si tu as besoin d’infos sur cet objectif ou que tu veux donner un retour quand tu t’en seras servi plus, n’hésite pas =)

      Merci et à bientôt.

      Tom

  38. Aymeric Gobert dit :

    Bonjour Tom,

    Comme Olivier F, je viens d’aller louer un grand blanc : le mythique 300mm f/4 et quel bonheur d’etre tombé de nouveau sur ton blog pour en avoir un mode d’emploi épuré et très pratique pour prendre cette optique en mains. Je pars faire de la photo animalière (oiseaux) et paysage en bord de mer pour le WE. Résultats mardi ou mercredi…

    Aymeric

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Aymeric,

      C’est avec plaisir, content que cet article serve à certains =) Bon week-end photo, et à mardi ou mercredi alors !

      Tom

      • Bonjour,

        Je comprends mieux après un week-end passé avec le fameux 300mm 1:4 que tu le qualifie de mythique. Je vais moi aussi écrire un article prochainement dessus, mais pas le mode d’emploi etc… Comme tu l’as si bien fait (et cela m’a beaucoup servi). J’expliquerai en image ce que j’ai pu faire de mon niveau d’amateur avec un tel objectif pro !

        En tout cas, en quelques mots, tous les sujets sont passé à travers la lentille : paysage au lever du soleil, animalier (cigognes, vaches, chat), architecture (vitraux, statues), portrait en low key, bourgeons sur les arbres, photo de sport (kite surf), étal de marché, coucher de soleil… Et oui, tout ça en 48 heure, autant vous dire que je n’ai pas dormi beaucoup et que j’ai mal au bras …

        Un très bel objectif en tout cas.

        Encore merci Tom pour ce bel article très utile.

        Aymeric

      • Aymeric Gobert dit :

        La suite : http://ampphotographie.wordpress.com/2013/04/20/que-faire-avec-un-objectif-300mm/

        J’ai fait mention de ton très bon article sur le mien.

        Aymeric

  39. […] vous voulez voir à quoi il ressemble, je vous invite à lire le très bon article de Tom Mosack. Tom a analysé « la bête sous toutes ses coutures« . Je ne vais donc pas […]

  40. Benoit dit :

    Merci pour ce retour d’expérience et cet article détaillé.
    ça donne envie de s’y mettre en tout cas 😉

  41. Loïc dit :

    Bonjour je commence à faire mes premiers pas avec un Canon Eos 600D. J’aime bien la diversification, actuellement je cherche un téléobjectif zoom qui s’accorde bien avec mon appareil photo afin d’apprécier au mieux la faune et la flore. Après de nombreuses lectures, j’ai remarqué que le 300 mm est très souvent mis en valeur pour sa polyvalence et son pique.
    Néanmoins j’ai peur que par sa polyvalence, il n’aille pas au bout des mes envies.

    Donc bien que j’ai pu lire vos appréciations, j’aimerais tout de même avoir plus de précision. Le 300 mm est-il réellement suffisant ou offre t-il des regrets ? Et est-ce qu’avec un 400 mm je pourrais avoir assez de finesse et de souplesse pour avoir la polyvalence d’un 300 mm ?

    Mais au travers les lectures, je comprend parfaitement que la lumière est un facteur clef des photos avec un 400mm. Donc là également je crains de passer à côté de belles photos qui jouent sur les contres jours ou les ombres.

    Maintenant j’avoue que j’aurais une préférence pour un Canon EF 100-400 mm f/4.5-5.6 L IS USM – Canon EF.

    Cependant j’en viens à ma question, je n’ai pas trouvé de sujet (image) qui lie le Canon Eos 600 D au 100- 400 mm..(j’ai conscience que l’idéal aurait été un Eos 7D )

    Donc j’aurais aimé avoir votre avis sur l’utilisation de ces deux appareils ( canon eos 600 D + l’objectif 400mm) , s’ils font bon ménage ou si au contraire ils ne sont pas compatibles et dans ce cas là si vous auriez un équivalent s’il vous plait ?

    Merci par avance

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour,

      Je crois que j’ai tout dit dans l’article ou dans les commentaires. Bien sûr, la limite d’un 300 sera qu’il n’est pas aussi long qu’un 400… Mais est-ce que c’est vraiment gênant avec un 600D ? Je ne crois pas.
      Quand au couple 600D et 400mm, je ne l’ai jamais testé, je ne peux donc pas vraiment en parler…

      Bonne journée.

      Tom

  42. Jean-Marc dit :

    Bonjour à tous, je viens de lire les critiques sur le 300mm canon et tu dis que l’on ne peut pas retirer la bague pour le pied. Si je peux me permettre on retire la bague très facilement, il suffit de mettre le repère rouge de la bague en face du repère rouge de l’objectif et de le faire glisser doucement vers l’arrière et le voilà retiré .
    Bonne journée

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Jean-Marc,

      J’ai écrit « Il faut retirer l’objectif du boitier pour démonter le collier de pied. ». Ce qui veut dire qu’on peut le retirer, en effet, mais pas si l’objectif est en place sur le boitier.

      Bonne journée.

      Tom

  43. Daniel dit :

    Bonjour Tom,
    Après quelque recherche brèves sur le 300mm ton article apparaît le plus complet et les réponses plus que pertinente, et il a fini par me convaincre d’adopter ce bijou… Avec la crainte d’une annonce cette année de canon de son remplacent….
    Merci pour ton site et bon weekend
    Dan

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Daniel,

      Merci pour ce commentaire. Pour ce qui est d’un remplacent, même s’il est remplacé cet objectif restera excellent 😉

      Bon week-end à toi aussi et à bientôt.

      Tom

  44. Christophe dit :

    Et s’il est remplacé, à quel prix sera t’il ???
    Donc l’actuel est un bon choix 🙂

  45. Bonjour Tom,

    J’aurais voulu savoir avec quelle rotule utilisez-vous cette optique ?

    Merci de votre réponse,

    Charles BOUCHE

  46. duzert dit :

    je voudrais savoir comment enlever le collier du 300 f4 merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir les notifications des nouveaux articles par mail.

Stage photo Pyrénées
L'auteur organise toute l'année des stages d'apprentissage de la photo dans les Pyrénées avec Stage photo Pyrénées.