Photographier des paysages au téléobjectif

Mes objectifs préférés sont dans l’ordre, mon Canon 300 mm f/4 IS et mon 70-200 mm f/4. Ce sont des optiques très agréables à utiliser, et le résultat en termes de qualité d’image est toujours impressionnant. Alors pour moi, il est normal de faire aussi de la photo de paysage avec ces deux objectifs. Mais pourquoi faire de la photo de paysage au téléobjectif ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? Comment faire, et quels sont les bons objectifs à utiliser ?

1.          Pourquoi utiliser un téléobjectif en paysage ?

Tout d’abord, même au milieu des montagnes, ou assis au cœur d’une forêt, ou encore au bout d’une falaise au bord d’une plage, il nous arrive d’être trop loin du sujet que l’on cherche à photographier. Utiliser une focale plus longue que celles dont on se sert habituellement en paysage permet déjà de se rapprocher du sujet, et d’obtenir un cadrage plus harmonieux, qui correspond plus à ce qu’on cherche à montrer.

Pic de la Latte de Bazen

Ce pic assailli par la mer de nuages n’était visible de cette manière que depuis un promontoire. Au-dessous, environ 200 m de dénivelé. Impossible de s’approcher, il faut « zoomer ».
Canon EOS 450D, 200 mm, f/8.0, 1/250s, 100 ISO

Aussi, et c’est quelque chose que je dis très souvent à mes stagiaires, devant un magnifique endroit, nous avons tous le même reflex de vouloir absolument en montrer le plus possible. C’est ce qu’on pourrait appeler le syndrome du touriste : il faut en quelques sortes rentabiliser les efforts faits pour arriver à cet endroit, et ramener chez soi un souvenir, une belle photo à montrer à tout le monde et qui parlera au plus grand nombre. Ce qui fait qu’on a tendance à faire tous les mêmes photos d’un même lieu. Avec un téléobjectif en main, on voit la scène différemment, et on photographie plutôt des détails, qui montrent mieux notre sensibilité et ce qui nous a intéressé, nous particulièrement, dans cet endroit.

Brume à la Raillère

Ce matin là, l’ambiance générale était magnifique, mais j’ai préféré photographier ces arbres dans la brume en particuliers, au 300 mm.

Pour ceux qui aiment le minimalisme, il est aussi plus facile d’épurer au maximum une composition quand on utilise une grande focale. A l’inverse, les photos à l’Ultra Grand Angle (UGA) ont tendance à être surchargées, on ne sait pas où poser les yeux, et où se trouve le sujet.

Laquet de Port Bielh

Rien de mieux pour une photo minimaliste qu’un bon « coup de zoom » !
Canon EOS 450D, 184mm, f/8.0, 1/160s, 800 ISO, +1 IL

2.          Quels avantages  sur vos photos ?

Nombres d’entre vous se disent peut être que ce que fait un téléobjectif en zoomant, il est possible de le faire tout simplement en se déplaçant. Mais l’utilisation d’un télé se voit aussi sur vos photos, et généralement, le rendu est bien différent.

Cascades du Pont d'Espagne

Ces deux images ont été prises au même endroit, au même moment. L’une à 17 mm et l’autre à 300 mm.

En effet, une longue focale compresse les perspectives. C’est à dire que les plans auront l’air d’être plus proches sur votre photo que dans la réalité. C’est particulièrement visible quand on photographie une succession de montagnes : – au grand angle, l’arrière plan est beaucoup plus petit qu’en réalité, et l’avant plan beaucoup plus grand. Les plans ont l’air plus éloignés qu’à l’œil nu. – aux focales autour de 50 mm, les proportions sont à peu près les mêmes qu’à l’œil nu. – au téléobjectif, l’arrière plan parait plus grand qu’en vrai, les plans semblent plus proches.

Col d'Orgambidesca

Vue sur les Pyrénées depuis le col d’Orgambidesca : 50 mm suffisent pour un effet intéressant.
Canon EOS 450D, 50 mm, f/7.1, 1/500s, 200 ISO

Cette compression permet de composer plus facilement vos images. Par exemple, un objet lointain prendra plus de place dans le cadre qu’au grand angle. Ce qui veut dire qu’il est plus facile d’insérer un sujet, comme une personne, un animal, ou un élément particulier du décor (un arbre, un monolithe, une cabane…) dans vos compositions. A l’inverse, il sera plus simple de supprimer un élément gênant du cadre, comme un poteau, une ligne à haute tension, ou un bâtiment peu esthétique.

Le pêcheur, à Biarritz

Au grand angle, ce pêcheur paraîtrait minuscule, alors qu’à 250 mm, il est bien visible.
Canon EOS 450D, 250 mm, f/14, 1/500s, 200 ISO, +1/3 IL

3.          Comment faire ?

L’inconvénient principal avec la photo au téléobjectif reste toujours le même : il est plus dur d’avoir des photos nettes au télé qu’au grand angle. Cela car les tremblements du photographe sont amplifiés, comme quand on regarde dans des jumelles. Plus la focale est longue, plus le phénomène est important, et le flou de bouger personnel arrive très vite. Pour conserver une bonne vitesse sans devoir fermer votre diaphragme ou augmenter les ISOs à outrance, il existe trois solutions : – utiliser la règle vitesse minimum = 1 / longueur focale. Exemple : à 200 mm, la vitesse doit être de 1/200s ou plus rapide. – stabiliser au maximum votre appareil, avec un monopode ou un trépied par exemple. – choisir des objectifs stabilisés si votre budget vous le permet.

Gaetan et Nicolas, deux stagiaires

Gaetan et Nicolas, deux stagiaires. L’un utilise un trépied, l’autre un objectif stabilisé. Attention, si la lumière baisse, il vaut mieux utiliser tout de même un trépied et rentrer la colonne.

Un autre inconvénients quand on utilise un téléobjectif est que la profondeur de champ, c’est à dire la zone nette de vos photos, est plus petite. A ouverture équivalente, plus la focale utilisée est longue, plus la profondeur de champ devient courte. Si votre distance de mise au point est assez grande pour que ça ne se remarque pas, ce ne sera pas gênant. Par contre, si vous faites le point sur un objet proche de vous, il faudra fermer le diaphragme jusqu’à ce que les deux plans soient nets.

Astuce : pour inclure deux éléments éloignés dans la zone nette de votre photo, faites la mise au point à mi-distance, au milieu des deux éléments. Vérifier ensuite si cela à été suffisant avec l’écran de votre appareil et/ou le bouton de test de profondeur de champ.

Niveau matériel, mis à part le trépied, vous ne serez pas obligés d’investir dans du matériel excessivement cher. On a tendance à l’oublier, mais un téléobjectif c’est tout ce qui est plus long que 50 mm. Il est donc très facile et peu cher de trouver un objectif qui convient à la photo de paysage au télé, la plupart des transtandards suffisent déjà. Bien sûr, vous serez plus à l’aise avec un objectif comme un 70-200, mais ce n’est pas obligatoire.

Olivier et Eric au Néouvielle

Pendant un stage au Néouvielle. Eric préfère le 70-200 avec un doubleur, et Olivier un 15-85. Les deux peuvent faire des photos au téléobjectif et obtenir des photos originales.

Pour les budgets moyens, une bonne alternative consiste en un objectif de type 18-200 mm. Même si la qualité d’image de ces objectifs n’est pas optimale à pleine ouverture, en paysage, on les utilise avec des ouvertures allant de f/8.0 à f/16. Ces ouvertures permettent d’obtenir une qualité d’image tout à fait acceptable, surtout si vous utilisez un trépied pour bien vous stabiliser.

Conclusion

Faire de la photo de paysage au téléobjectif est une façon idéale de composer des photos originales, qui changent de l’ordinaire, et dont vous serez fiers. Et ce facilement, puisqu’il suffit pour ça d’utiliser une focale de plus de 50 mm, sans oublier de bien se stabiliser et de faire attention à la mise au point et à la profondeur de champ. D’autant plus que cet exercice permet de se concentrer sur les détails et de travailler ce qu’on appelle « l’œil du photographe ».

Pour maîtriser cette technique, c’est facile : il suffit d’essayer et de pratiquer !

Merci à tous d’avoir lu cet article, et n’hésitez pas à partager votre point de vue ou à poser des questions dans les commentaires !

Une focale plus longue permet d'obtenir un angle plus original.

Gourette, depuis les crêtes d’Anglàs (2200m), au petit matin.
Canon EOS 450D, 200mm, f/8.0, 1/320s, 100 ISO

Publicités
Tagged with: , , ,
Publié dans Matériel, Techniques
40 comments on “Photographier des paysages au téléobjectif
  1. Seb dit :

    Article très intéressant. Effectivement, depuis peu, j’utilise mon 300mm pour faire aussi du paysage, et c’est une tout autre approche par rapport au grand-angle. Par contre, je trouve l’exercice plus difficile : il faut sacrément avoir l’oeil pour obtenir une compo intéressante (à mon petit niveau en tout cas).

  2. pyrros31 dit :

    Personnellement j’ai plus de facilité avec le téléobjectif qu’avec un grand angle pour faire ce genre de photo…

    On est pas obligé de suivre la norme comme des moutons

  3. Eric Klasen dit :

    Top ! Et effectivement, au télé, on « voit » autrement … merci à toi de m’avoir « forcé » à tenter l’exercice !

    PS : Sacré bazooka quand-même … planqué derrière, il m’impressionne moins !

    • Tom Mosack dit :

      Merci beaucoup Eric =) Content de t’avoir fais sortir de ta zone de confort, d’autant plus que tu t’en es très bien tiré 😉

      Et comme tu dis, ça fait gros vu comme ça !

  4. Caroline dit :

    Bonjour,

    Une question: quand tu parles de ton cailloux préféré (le Canon 300 mm f/4 IS), c’est la série L?
    Je pose la question car je désire acquérir un 300mm (j’ai un 450D), mais j’ai pas les moyens d’acquérir un série L.
    Je regarde les différents cailloux chez Canon, Tamron et Sigma, mais j’aurai vraiment besoin d’un conseil pour mon choix. L’usage est pour la photo animalière (je suis actuellement très limitée avec mon 200mm).

    Merci d’avance pour la réponse.

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Caroline,

      Oui, je parlais bien du 300mm f/4 L IS, un excellent objectif. Si tu n’as pas le budget pour cet objectif, je te conseille de te tourner vers le Canon 70-300 mm, un bon objectif à un prix abordable. Sinon, en un peu plus long et pour un budget raisonnable, il y a le Sigma 120-400, bon objectif, et bon rapport qualité/prix.

      Bon courage dans ton choix, c’est jamais simple 😉

      Merci et bonne soirée !

    • Eric Klasen dit :

      A titre perso (j’suis nikoniste, pas taper), je préfère de loin de 70-300 tamron dans ce cas plutôt que le canon …

      • Tom Mosack dit :

        C’est vrai, je l’avais oublié ce Tamron ! Je ne l’ai jamais eu en main, mais j’ai eu de bons retours dessus. Le mieux serait d’essayer les deux pour se faire une idée.

        • Caroline dit :

          En lisant les avis du Canon, il y a pas mal de retours sur la mise au point qui est assez bruyante, ce que je n’ai pas lu sur le Tamron. Merci pour vos réponses en tous cas. Je vais opter pour le Tamron.

        • Eric Klasen dit :

          Je reviens sur cet article avec plaisir … et me voir avoir l’air débile allongé dans l’herbe me fait toujours autant rire 😉

          J’ai offert le Tamron 70-300 à ma copine à Noël, depuis, elle fait tout avec, même ses portraits ! elle ne le quitte plus cet objo. Je l’ai testé (forcément 😉 ), et c’est vrai qu’il est vraiment pas mal !!! Et niveau qualité d’image, rien à redire

  5. aymericgobert dit :

    Un très bon article qui va me donner envie d’essayer ce que je n’ai jamais essayé en 22 ans de photo : utiliser mon zoom sur le trépied… pour faire de la photo de paysages. Mais il faut tout de même trouver des décors adaptés. C’est vrai que la montagne s’y prête bien.

    Aymeric

    • Tom Mosack dit :

      Merci Aymeric ! Oui, il faut trouver le bon sujet, mais je pense que c’est plus facile d’isoler quelque chose d’intéressant dans une scène banale au télé. En tout cas merci pour le commentaire, et bon courage pour les essais 😉

  6. Stéphane dit :

    J’adhère totalement. J’ai pris aussi beaucoup plaisir lors de ma dernière sortie photo paysage à aller chercher des détails avec le téléobjectif.
    En revanche, sauf erreur de ma part, la zone de netteté se répartit de la manière suivante 1/3 en avant de la mise au point et 2/3 en arrière de la mise au point. Et donc faire la mise au point de manière un peu plus proche par rapport à ce que tu conseilles.
    Sinon article très intéressant.

    Stéphane.

    • Eric Klasen dit :

      Oui, 1/3 devant et 2/3 derrière. Mais en fait pour la map, tout dépend. Si on « zoome » pour aller chercher un détail, l’avant-plan prend moins d’importance et le fait qu’il soit hors map est parfois pas si mauvais. Et puis, à f/8, la pdc est bien assez longue pour englober une bonne partie du sujet et ses « abords »

    • Tom Mosack dit :

      Merci Stéphane ! Oui, c’est vrai en argentique, mais en numérique c’est plus proche de la moitié. Cela dit, il me semble qu’avec certains boîtiers, c’est de nouveaux autour des tiers =)

      Merci pour ton commentaire et à bientôt !

  7. auxoisnature dit :

    Bien vu tout ça ! Je rajouterai un autre avantage … on n’a pas besoin d’apporter deux objectifs : juste le télé et zou 🙂

  8. Yann Walkowiak dit :

    Merci pour cet article très intéressant ! J’ai un peu délaissé mon 70-200 cet été pour mon nouveau jouet (le 100mm macro :)) mais ton article m’a donné vraiment envie de le ressortir maintenant que les bêbêtes se font plus rares, et de tenter d’autres styles de photos avec.

    • Tom Mosack dit :

      Merci pour ton commentaire Yann ! En effet, pour la macro ça va être la saison creuse. Par contre l’automne commence et les belles couleurs arrivent dans les arbres, c’est l’occasion d’essayer =)

  9. […] Photographier des paysages au téléobjectif […]

  10. L dit :

    Bonsoir Tom,
    Je ne comprends pas la fin de ton explication :
    « Attention, si la lumière baisse, il vaut mieux utiliser tout de même un trépied et rentrer la colonne ??????????????
    signé une crevette grise qui se gratte la tête

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Isa,

      C’est simple : si la lumière baisse trop, la stabilisation ne sera pas suffisante. Il faudra donc utiliser un trépied pour se stabiliser. Et comme sur l’image, la personne utilise son trépied avec la colonne sortie (ce qui n’est pas optimal pour la stabilité), j’ai précisé qu’il valait mieux rentrer la colonne. Cela dit, c’est vrai que ce n’est pas 100% clair, j’essaierai de trouver un meilleur moyen de le dire dans l’article.

      Bonne soirée et à bientôt !

  11. […] Photographier des paysages au téléobjectif : Tom Mosack photographe pyrénéen nous propose de faire des photographie de paysage avec un téléobjectif, preuve si il en est que les règles de compositions et d’utilisations du matériel peuvent être oubliées pour réaliser une belle photo. […]

  12. […] La prise de vue a été réalisée depuis le belvédère du moine de la vallée (situé peu après Renédale) le 30 septembre 2012 au petit matin. Le time lapse a été monté grâce à windows live movie maker à raison de 20 images par seconde. Quand on est devant un tel paysage, on est tenté de jouer au maximum du grand angle pour en mettre le plus possible dans l’image mais monté le téléobjectif peut s’avérer être une bonne idée pour aller chercher des détails. Personnellement, j’ai pris beaucoup de plaisir à jouer à cache-cache avec les arbres et la brume. A ce sujet, je vous renvoie vers un article intéressant de Tom Mosack : Photographier des paysages au téléobjectif. […]

  13. Nicolas dit :

    Salut Tom! Je viens de tomber par hasard sur ton blog! C’est énorme, je suis en train de voir pour m’en faire un et WordPress semble bien être une référence…
    Ton article est super intéressant! Je me souvient tout à fait que c’est exactement ce que tu m’as dit en stage. Et je peux te remercier pour le conseil concernant la photo à la compo « minimaliste » qui a fait son petit effet (celle que tu as publié dans cet article)!
    Dernière chose, c’est marrant de se voir en photo sur un article! Mon k-way est vachement fluo ;P !
    Bonne continuation!
    Nicolas

    • Tom Mosack dit :

      Salut Nicolas,

      En effet, WordPress est un peu la référence pour créer un blog facilement. C’est très intuitif, et assez libre, donc on peut faire facilement beaucoup de choses, sans forcément s’y connaitre en codage. Pour les images aussi, c’est pas mal du tout =)
      Content que mes conseils te servent, après tout c’est le but ! Et oui, ton k-way fait très fluo, c’est parce que le soleil était déjà couché. En même temps, c’était plus facile pour savoir où tu étais 😀

      En tout cas merci pour ton commentaire, et tiens-moi au courant pour ton blog !

      Tom

  14. martin dit :

    Je viens de tomber par hasard sur ton blog! C’est excellent! Bravo!

  15. ces images sont vraiment impressionnantes

  16. Romain dit :

    Moi je sors toujours avec deux objectifs. Grand angle et téléobjectifs.
    Merci pour les conseils.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir les notifications des nouveaux articles par mail.

Stage photo Pyrénées
L'auteur organise toute l'année des stages d'apprentissage de la photo dans les Pyrénées avec Stage photo Pyrénées.