Comment vexer un photographe de nature en 3 points ?

La photographie de nature est une pratique encore peu connue. Si on sait parfaitement comment ne pas vexer le boulanger du coin, ou la vendeuse de Décathlon, il est plus dur de le faire avec un photographe. Surtout s’il est de cette espèce étrange de photographes qui aiment se déguiser en buisson au fin fond d’un bois, ramper dans la boue pour photographier un crapaud portant un maximum de « pustules », ou risquer à moitié de se noyer pour faire un gros plan de colvert. Voici donc un petit guide qui vous apprendra comment vexer un photographe de nature en seulement 3 points !

1.          Parler de la chance.

S’il est bien une phrase qui revient souvent sur les réseaux sociaux et les blogs photo nature, c’est « quelle chance tu as ! ». Si le photographe auteur de la photo ne pratique que depuis quelques années, il est possible qu’il prenne le temps d’expliquer au malheureux que la chance n’y est pas pour grand chose. En effet, s’il n’avait pas choisi de se positionner au bon endroit, au bon moment avec le bon matériel et avec les bons réglages, la photo ne se serait pas faite toute seule.

Par contre, si le photographe pratique depuis plus longtemps, il y a des chances que la personne ayant commenté la photo n’ose plus jamais le faire après la fessée verbale qu’il risque de se prendre !

Chevreuil

J’ai eu beaucoup de chance de photographier ce chevreuil et ses 3 compagnons. Mais si je n’avais pas été présent ce jour-là, toute la chance du monde n’aura pas suffit à faire cette photo !

La chance compte dans la photographie de nature, mais ce n’est pas elle qui fait la photo, c’est toujours le photographe. Pour aller plus loin, je vous conseille de lire l’article du photographe de nature Cédric Girard sur Les facteurs de réussite en photo nature. Le troisième paragraphe parle du facteur chance.

2.          Parler du matériel.

Une autre des phrases par lesquelles se fait souvent insulter le photographe de nature est « Moi aussi avec ton matériel, je fais de bonnes photos ». A ça, je réponds souvent que s’il suffisait d’avoir du bon matériel et un peu de camouflage, on compterait plus de photographes de nature que de banquiers ! Je me souviens également d’un stagiaire qui m’avait raconté sa première expérience avec un Canon 500mm f/4 sur son très bon boitier : le Canon EOS 5DII. Après quelques essais sur un bouquetin très coopératif, il a finalement réussi à prendre une photo nette, qui sans être extraordinaire était correcte. Et pourtant, c’est un bon photographe amateur qui pratique depuis déjà quelques temps.

Donc il ne suffit pas d’avoir du bon matériel pour faire de bonnes photos. Mais l’inverse est aussi vrai : on peut faire de bonnes photos avec du matériel très bas de gamme. D’habitude, je prends l’exemple du très bon Canon EF 50mm f/1.8 II, qui pour moins de 100€ permet de réaliser facilement des photos originales et de très bonne qualité. Mais aujourd’hui, je vais plutôt ressortir une photo prise en 2009 avec le Canon EF-S 18-55mm IS (le prédécesseur de la version IS II, actuellement en vente).

Lever de soleil sur l'Adour

Cette photo a été prise avec un Canon EOS 450D et un 18-55mm IS, un couple bas de gamme, qui m’a permis de réaliser une photo correctement composée, avec de belles couleurs et une bonne qualité d’image (cliquez pour agrandir).

Donc le matériel ne fait pas la photo, dans un sens comme dans l’autre !

3.          Lui dire que quelqu’un fait la même chose que lui.

Le photographe de nature est aussi souvent un artiste. S’il fait de la photo pour un but autre que documentaire, c’est qu’il se donne du mal pour faire passer un message dans ses clichés, ou que son travail est inscrit dans une certaine démarche artistique. Alors imaginez sa stupeur s’il apprend d’un passant en forêt que son petit fils fait « la même chose » ! Pour le photographe de nature, chaque photo est différente, alors comment quelqu’un d’autre pourrait-il faire la même chose que lui ?

D’autant plus que chaque photographe est censé apporter sa touche, sa marque à ses photos. Par exemple, en partageant une photo de montagne sur Facebook, un stagiaire (toujours le même) m’a fait remarquer qu’il a pris exactement le même rocher que moi, mais dans l’autre sens. Si bien que lui a photographié le rocher d’un côté avec un lac et une vallée encaissée, et que j’ai photographié le dit rocher de l’autre côté, avec pour arrière plan le chemin par lequel nous étions venu, environ 300m plus bas ! Nous étions au même endroit, dans le même but, en même temps, mais nous n’avons pas fait la même chose.

Un autre exemple avec la photo suivante :

Cette digue est une des plus photographiée à Anglet (64). J’ai vu énormément de photos de cette digue, mais jamais traitées de la même manière, cadrées en verticale et avec une pose « semi-longue ».

Conclusion

Voilà, maintenant vous savez comment énerver ou vexer (voire les deux) un photographe de nature. Bien sûr, je vous invite tous à tester ces 3 points sur le premier photographe que vous croiserez, et à tester ainsi sa patiente. Vous pourrez ensuite revenir ici et commenter afin que nous mettions ensemble en place un barème qui nous permettra de mesurer le taux de vexitude moyen d’un photographe de nature.

Il y a bien sûr d’autres points à ajouter, alors n’hésitez pas à les mettre dans les commentaires pour aider les lecteurs à vexer le plus rapidement possible un maximum de photographes !

Publicités
Tagged with: , , ,
Publié dans Petits mots en passant
47 comments on “Comment vexer un photographe de nature en 3 points ?
  1. allez je teste sur toi 😉 à propos du matériel, est-ce que tu dirais tout de même que l’on peut faire de belles photos avec un compact à 60€ ?

    • Tom Mosack dit :

      Haha, une seule question ne suffira pas ! 😀
      A 60€, peut être pas, mais on peut faire des belles choses avec un compact =) Après, pour 60€ je préfère ressortir le vieux truc en plastic de mes parents et acheter des pellicules 😉

  2. marsupilami21 dit :

    Excellent article que je m’empresse de relayer !!

  3. L dit :

    Autre remarque souvent entendue : avec le numérique c’est facile !
    Ce à quoi je réponds invariablement : je vous le prête 5 minutes et on verra le résultat, c’est amusant car la réaction est invariable : un refus poli et une « disparition » du personnage si sûr de lui avant 🙂
    Par contre je confirme que j’ai fait de jolies photos avec mon Lumix FZ28 (il n’est pas à 60 €) mais on est quand même loin d’un réflex.
    Tom de toutes façons ce sont des jaloux / aigris etc, tu fais de très belles photos (parole de crevette grise), ne perd pas ton temps et continue à nous faire partager ta passion et nous proposer de jolis reportages.

    • Tom Mosack dit :

      Exactement Isa ! Et j’ai aussi vu de tes photos qui étaient très jolies sur ton blog. Je ne sais pas avec quel appareil elles sont prises, par contre…

      Merci pour ton message et à très bientôt =)

  4. marckaos dit :

    Bonsoir Tom.

    Article amusant, en revanche il est très difficile de communiquer sur le terrain avec d’autres photographes lorsqu’on les rencontres. Je ne sais pas trop pourquoi mais ils semblent fuir lorsque l’on s’approche d’eux ou ils regardent ailleurs feignant d’ignorer le collègue. Du moins c’est ce qui se passe pour moi en Bretagne.

    Amicalement, Marckaos.

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Marckaos,

      Et merci pour ton commentaire ! Oui, assez difficile. Mais tout dépend du moment, et des gens. Pour ma part, je croise assez rarement d’autres photographes sur le terrain, sauf si je les connais déjà =)

  5. Albert Jean dit :

    On pourrait aussi écrire un bel article sur l’humilité de certains photographes…Je me souviens avoir réussi à me faufiler au premier rang d’un simple huitièmes de finale du tournoi de Monte-Carlo 2012 parmi une nuée de photographes équipés derniers cri ( 5D III et genre 600mm f4 …le tout multiplié par deux) et ne pas avoir réussi à avoir ne serais-ce qu’un rictus de politesse … Il est vrai que je n’avais que mon 70-200 F4 L IS monté sur un « ridicule » ( je suppose) 600D …Je dois préciser que la place ne manquait pas et que je ne prenais donc pas la place d’un autre…

    • Tom Mosack dit :

      Oui, c’est vrai ! Même si c’est moins vrai pour les photographes de nature, qui n’ont pas vraiment la même approche que des photojournalistes. Je connais aussi plus de photographes au Pays Basque, qui sont peut être un peu plus « cools ». Sinon, comme avec n’importe qui, si un grand bonjour général ne reçoit pas de réponse, et bien tant pis =)

    • SIEROCINSKI dit :

      la différence fondamentale : tu étais là pour ton plaisir, eux y étaient pour le travail et à la recherche du cliché qui fera nourrir la famille !!!

  6. Eric dit :

    Bonjour Tom,
    Je rajouterai un quatrième point : « Ce sont des photos faites en numérique, vous retouchez alors vos photos ! » . Combien de fois j’entends cette réflexion dans les expos .
    Certaines personnes sont étonnées des couleurs de fonds des formes de certains angles de vue… Pour elles , cela n’existe pas en réalité c’est du au post-traitement sur ordinateur.
    Cela peux vexer certaines fois , pour nous qui nous tortillons dans tous les sens , nous levons aux aurores pour avoir les meilleurs lumières , nous cherchons les meilleurs réglages pour mettre en valeur nos sujets préférés…..
    En fait « vexer » n’est peut-être pas le verbe bien choisi dans ce cas , ces personnes n’ont certainement pas les connaissances de base de la photographie et c’est à nous alors de les informer et de leur expliquer nos méthodes pour qu’elles puissent comprendre.
    Excellent article Tom, et tellement vrai , je le relaie comme marsupilami21.

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Eric,

      Merci pour ton commentaire. En effet, le coup de la retouche revient aussi très souvent ! Sans compter que les gens ne distinguent pas le traitement ou le développement de la retouche… Mais comme tu le dis, à moins d’être initié, il est dur de comprendre. En tout cas, n’arrête pas de tortiller et de te lever au aurores, ce serait dommage j’aime beaucoup tes photos =)

      Merci beaucoup et à bientôt !

  7. artdomix dit :

    Reblogged this on Art-domix.

  8. Bel article! Et au vu des commentaires, je crois qu’on a fait le tour des remarques… Je partage aussi sur ma page!

  9. Killim dit :

    Salut Tom,

    Pour ma part il est rare que je rencontre des gens dans la forêt, et quand j’en rencontre j’ai tendance à les fuir. Pourquoi? Tout simplement car on ne sait jamais sur qui l’on tombe, chasseurs hargneux, personnes envieuses. Comme on ne peut pas toujours fuir ;), il m’est arrivé une fois qu’on me dise que c’est vraiment trop facile d’attendre qu’un animal sorte pour le photographier et que du coup il n’y pas grand mérite à faire ça *zen*. 😀

    Malheureusement et à mon grand regret je n’ai encore jamais croisé d’autres photographes animalier…

    • Tom Mosack dit :

      Salut Killim,

      Haha, c’est la première fois que j’entends ça ! En fait, l’affût c’est pour les fainéants, c’est bien connu ! 😀 Courir après les animaux, c’est tellement plus glorieux…

      Si tu ne croises pas d’autres photographes, essaie d’en inviter 😉

      Merci pour ton commentaire et à bientôt !

    • Chris dit :

      C’etait peut-etre un chasseur non 🙂 ?
      Je ne suis qu’amateur mais j’avoue faire partie des gens qui fuient… Un trepied, le 7D, et parfois le 100-400 et on vous prend pour un pro, vous pose pleins de questions auxquelles on ne connait pas toujours la reponse ou alors les questions « vexantes » ci-dessus. Et parfois pendant la preparation ou prise de la photo… On a l’impression d’avoir obligation de resultat.
      Heureusement qu’on croise aussi des photographes sympas! 🙂

      • Tom Mosack dit :

        Bonjour Chris,

        Merci pour ce commentaire. Tu as raison, parfois il vaut mieux s’éclipser que se voir assaillit de questions à un moment où on n’a pas forcément le temps ! Et puis au pire, avec le camouflage il suffit de se coucher dans l’herbe et attendre que ça passe 😉

        Mais comme tu dis, heureusement il y a aussi des photographes sympas =)

  10. Babeth dit :

    Bonjour, et bien je reste persuadée
    que le facteur chance est bien réel… et qu’il ne suffit pas être là au bon moment, avec le bon matos pour faire le scoop de l’année ; j’ai eu passé des heures et des heures en affût sans résultat : au bon endroit, à la bonne heure (pour le matos c’est selon son porte monnaie) et ne rien mettre dans la boite … comme plein de photographes, par contre la semaine passé … en ballade sans mon appareil (ce n’étais pas une sortie photos ..) et bien un petit faon qui vient se désaltérer dans la rivière a 4 m de moi ..; il ne m’avait pas vu … là, c’était un facteur chance … OUI la chance du photographe est bien réelle, mais elle n’enlève pas le savoir faire du vrai photographe animalier ..;voili … !!!

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Babeth,

      En effet, la chance est utile. Même si ce n’est pas la chance qui fait la photo, il en faut. Pour « forcer » la chance, une technique simple : revenir le plus souvent possible aux bons endroits 😉

  11. Dominique MIGLIANI dit :

    La chance,en photo,c’est les petits moments d’intimite que nous vivons au contact de la vie sauvage.Et pour tous ceux qui regrettent de ne pouvoir partager leur passion avec d’autres photographes, passez vers chez moi,j’adore parler !!!!! Normal je suis du sud.Bravo tom pour ton article.Amicalement

  12. benoit dit :

    Avec un NIKON faut beaucoup de chance pour faire une belle photo……MDR

  13. tu veut énerver un photographe (genre comme moi par exemple) je donne la combine.
    tu poste une photo que tu aime bien sur un forum de photographes, une photo que tu as eu du mal à faire, genre un truc de fou que tuas eu du mal à réaliser et tu reviens quelques temps aprés pour lire les commentaires des photographes de forum. Et là c’est jack pot , je site : « et pourquoi t’as pas ouvert à f/8, et moi j’aurais fait en priorité ouverture, et pourquoi tu l’as fait le matin ,moi je l’aurais fait le soir , moi j’aurais fait la même mais en beaucoup mieux , etc… et là tu me met les boules pour la soirée. Et je finit toujours par dire ,  » et pourquoi tu la fait pas toi même la photo , ducon ( c’est son nom ) » surtout qu’ensuite tu vas faire un tours ,histoire de voir le travail de ces pros du conseil à deux balles, et là « ho bonne mère » c’est souvent affligeant… et je suis sûr que je ne suis pas le seul qui a vecu cette situation……

    • Tom Mosack dit :

      Je me demande bien pourquoi ce genre de comportement t’énerves. Tu fais de très bonnes photos, je le sais et tu le sais. Si les membres d’un forum te font ce genre de réflexions, c’est soit qu’il faut arrêter de le fréquenter, soit qu’il faut sérieusement envoyer paître les imbéciles en question. Dans tous les cas, il ne sert à rien de poster tes photos à cet endroit, vus les commentaires reçus…

      Bon courage, je sais que ça va aller, et continue à faire de belles photos sans te soucier de ce genre de réactions =)

  14. loic dit :

    si tu places un super reflex, avec déclencheur infra rouge, sur le passage habituel d’un animal:
    – tu combines: bon matos
    – chance
    non? c’est ce que font plusieurs photographes (chauve souris ou oiseaux nocturnes), j’aime pas, pourtant certains résultats sont interessants?

    tu peux me répondre qu’ils mettent de leur coté le choix de la prise de vue, et la selection a postériori du cliché…

    et pas mal de chasseurs surtout us qui utilisent des caméra automatiques « bushnell » pour prendre des images de gibier – qu’est-ce qui les diférencie d’un artiste? a part que le bushnell est moins bon qu’un réflex?

    les limites ne sont pas simples: j’utilise souvent un compact excellent, mais surtout la question de la « chance » ou plutot du hasard ne se résoud pas facilement, je n’en suis pas vexé, au contraire j’assume que la bonne photo de certains animaux très difficiles d’approche c’est du hasard + beaucoup de méthode.

    … j’en suis d’ailleurs à placer un bushnell de chasseur sur la trajectoire supposée d’un loup, pour déterminer les meilleures heures pour le prendre à l’affut!!! donc du hasard modulé par la statistique!!!!

    • Tom Mosack dit :

      Avec de bons outils, je peux couper très proprement une planche de bois et même faire un meuble très potable. Cela fait-il de moi un menuisier ? Non. Même en utilisant le même matériel et les mêmes techniques. Pourquoi faire la différence pour un artiste ?

  15. loic dit :

    Au passage: pourquoi « vexer »?
    Je suis absolument invexable en photographie comme en pas mal de chose vu que je me contrefout des commentaires des autres.
    En animalier plus encore, je fuit les bavards… genre celui qui crie « c’est quoi comme oiseau? » quand je fais l’affut d’un héron…

    Je pensait que le photographe animalier se foutait plus souvent des gens, que les autres… c’est un métier ou l’on apprécie surtout la solitude je crois.

  16. loic dit :

    cependant la question n’est pas absurde: ce qui fache vraiment un photographe animalier? le style. personne ou presque n’a de style en animalier: même matos, mêmes focales, pas de maitrise de l’clairage, cadrage « au mieux »… c’est 99% de l’animalier cela.
    non?

    • Killim dit :

      Je ne suis pas d’accord avec toi. Je pense que certains arrivent justement à se différencier avec leur style en photo animalière.
      Deux petits exemples. Facile celui là, Vincent Munier. Un style épuré, cadrage au poil, des animaux que lui seul photographié (au début en tout cas) : le boeuf musqué.
      Le deuxième est une photo (gagnante en plus) d’un crapaud pris au grand angle en pleine forêt présenté au festical de montier en der. Niveau matos et focale on peut dire que ça sort de l’ordinaire non? (voir la photo ici: http://www.flickr.com/photos/lesfreresdesbois/5201300693/)

      Je pourrais te citer d’autres photographes animalier dont on reconnait la patte à leur style justement, Stephane Hette et ses fond blanc par exemple etc..

  17. loic dit :

    tout a fait, ils sont dans les 1% qui font de la bonne photographie!!!
    il y a quand même 99% qui sont interessante au plan documentaire, de bonne qualité souvent, mais… pas de style ou bien tous le même.
    Bien sûr que les bons sont ceux qui se différencient!!! Sur le site de munier je crois il y a une liste de site web de très bons photographes. J’aime bien le style de frank renard, plans larges, animaux dans leur environnement, travail du cadre…

  18. loic dit :

    Truc vexant qui marche bien avec les chasseurs, surtout idiots (cela arrive): le gars bien camoufflé sur d’être invisible a qui tu lance « salut+le prénom »!!!!
    plus tu es loin pour le faire plus cela vexe!!!!

    cela m’est arrivé aussi… affut léger (filet sur trépied), tenue camouflage, au sol.
    brins de fougères plantées dans le sol pour paraitre plus naturel et créer du mouvement avec le vent.

    et on me salue de loin… c’est vexant et drole!!!!

  19. loic dit :

    Précision sur le style: je fait de l’affut de canidé depuis pas mal, franchement si j’obtient une image, même mal cadrée mauvaise lumière, etc… de loup ou chacal à l’état sauvage:
    ah quel bonheur!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    0 « style » mais pas évident déjà, deux ans que je suis a essayer!!!!

  20. sabnic dit :

    J’aime beaucoup cet article . La photo s’est tellement  » démocratisée » grâce aux appareils photos hyper fonctionnels à la portée du plus grand nombre que certains oublient en effet que cela reste un art à part entière, qu’il ne suffit pas d’appuyer sur le bouton et de voir le petit oiseau sortir … j’ai une grande admiration pour les photographes qui dans ce monde où nous sommes abreuvés d’images à longueur de temps, réussissent encore à nous émouvoir. Je suis très sensible à l’interprétation personnelle qu’ils font d’un sujet et bien souvent, cela m’ouvre des horizons. Alors, oui, je comprend qu’il y ait de quoi être un peu agacé ou vexé parfois …

  21. Bonjour,
    Je déterre cet article 😉
    Pour ma pratique personnelle ( et financière ), je travaille avec un D5100 et un Sigma 400mm f:5,6 ( acheté pour une bouchée de pain ), donc étant que mon boitier n’est pas motorisé l’AF ne fonctionne pas, j’avoue que je loupe quelques photos.
    J’ai récemment vécu une critique d’un photographe de mon coin, qui grosso-modo se la raconte car il a le dernier Nikon D4s avec un 400mm f:2,8.
    Mais ma foi malgré tout son matériel, impossible de jette un œil sur ses photos.
    Je pense que forcement il n’a pas du tout la même connaissance que moi du territoire ( forcement j’habite en forêt lol ).
    Bref, je ne dis pas que je fais des photos qui sont magnifiques, mais je pense qu’au vu de mon matériel, je me débrouille.
    Voilà qui ramène au fond de ton sujet.

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour,

      C’est un très bon couple pour commencer, il vaut mieux s’habituer sans trop d’assistances et d’automatismes.

      Quant au photographe du coin, s’il n’a pas compris que ce qui compte en photo, c’est la photo, c’est qu’il est tout simplement stupide. Tant pis pour lui !

      En tout cas merci pour cette participation, et à bientôt =)

      Tom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir les notifications des nouveaux articles par mail.

Stage photo Pyrénées
L'auteur organise toute l'année des stages d'apprentissage de la photo dans les Pyrénées avec Stage photo Pyrénées.