Quelle est la bonne distance pour photographier les passereaux ?

J’écris ce court article à la suite d’une recherche effectuée sur ce blog demandant « la distance pour photographier une mésange avec un 420 mm monté sur un boitier Aps-C ». Et bien, la réponse est vaste ! Voici quelque conseils pour déterminer la bonne distance pour photographier les passereaux.

Tout d’abord, est-il vraiment nécessaire d’utiliser une focale de 420mm (presque équivalente à 700mm sur Aps-C !) pour des photos de passereaux ? Pas dans mon cas, mais chacun a ses contraintes. En effet, si mes passereaux sont tellement peu craintifs qu’ils se posent parfois sur des perchoirs que je suis encore en train d’installer, ce n’est pas le cas de tous, notamment si on les photographie en pleine nature.

Mésange charbonnière, 300mm à 3m.

Par exemple, cette mésange charbonnière a été photographiée avec un 300mm (équivalent 480mm), depuis une tente d’affût positionnée à 3m du perchoir. C’est la bonne distance pour les passereaux tels que les mésanges bleues, huppées, ou nonnette. Presque trop près pour les mésanges charbonnières et je dois parfois renoncer à déclencher, car certaines postures m’obligeraient à couper une partie de l’oiseau ou à composer de façon peu esthétique.

Si j’avais voulu photographier des pics ou des geais, qui sont des oiseaux nettement plus gros, il aurait fallu se placer encore plus loin, à 4m voire 5m.

Mais tout dépend en fait du genre de photo qu’on cherche à faire. Dans le cas de la mésange charbonnière plus haut, mon perchoir n’est pas original, et sans être laid, il n’est pas non plus très beau. Pour mettre en valeur la mésange et les belles couleurs du fond, j’ai décidé de cadrer relativement près. Il a donc fallu se positionner à environ 3m, avec un 300mm.

Rouge-gorge, 300mm à environ 8m.

A l’inverse, j’ai préféré photographier ce rouge-gorge de plus loin, pour le montrer dans son environnement, un arbre en lisière de forêt. De plus, il aurait été difficile d’approcher ce rouge-gorge conscient de ma présence, autant ne pas le déranger et composer une photo un peu différente.

Pour se rendre compte de la bonne distance pour photographier un oiseau sur un perchoir, il existe une méthode. Utilisez le site oiseaux.net pour connaitre la taille, queue comprise, de l’oiseau. Puis positionnez une règle sur votre perchoir et placez vous à une distance suffisante pour avoir 5cm de plus au-dessus et au-dessous de la taille moyenne de l’oiseau. Il ne vous reste qu’à faire des essais, et à adapter votre distance. Habituellement avec un boitier Aps-C, la bonne distance pour une mésange correspond environ à la distance focale divisée par cent. Donc 3m à 300mm, 4m à 400mm, ou 2,5 à 250mm.

Bien sûr, c’est loin d’être une vérité générale. Le mieux reste de faire vos propres essais, et de vous adapter en fonction de l’environnement, du sujet, et de vos préférences esthétiques.

Si vous aussi vous photographiez des passereaux, n’hésitez pas à partager vos conseils et vos habitudes dans les commentaires !

Si cet article vous a plu, vous serez sûrement intéressé par l’article sur Le nourrissage des passereaux en hiver.

Publicités
Tagged with: , ,
Publié dans Petits mots en passant, Techniques
15 comments on “Quelle est la bonne distance pour photographier les passereaux ?
  1. Killim dit :

    Très jolie photo, j’aime beaucoup celle du rouge gorge!

  2. Marckaos dit :

    Bonsoir.

    C’est drôle je ne m’étais jamais vraiment poser cette question mais pour paraphraser Coluche je dirais, la bonne distance c’est quand le passereau est dans le cadre !

    Je retiens tout de même le coup de la division par la focale.

    Amitié, Marckaos

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Marckaos,

      Désolé pour la réponse tardive, j’ai répondu tout à l’heure, mais je ne vois pas mon commentaire… Sûrement une erreur de ma part.

      C’est vrai qu’une fois qu’on connais son matériel, cette question ne se pose plus. On s’installe tout simplement, et puis voilà ! Cet article concerne plutôt les débutants, qui se demande où se placer, et j’avoue m’être posé la question aussi quand je débutait. Je me rappelle que je m’étais posté trop près, heureusement j’utilisais un zoom pour les photos d’oiseaux à cette époque.

      En tout cas, merci pour ton commentaire, et à très bientôt =)

  3. Salut Tom,
    super article que je me suis empressé de twitter et facebooker quand c’est bon fait partager !
    Pour ma part je ne suis pas trop fan des photos d’ambiances avec des passereaux. C’est qu’une question de goût, il me semble que ces petits oiseaux sont plus intéressants « graphiquement » en gros plan. J’aime voir leurs plumages, leurs belles attitudes, leurs couleurs et que tout cela tienne une bonne place dans le cadre.
    Sur les trois images que tu a mis, va à la seconde avec la mésange noire et ce superbe fond.
    Bon week-en !

    • Tom Mosack dit :

      Salut Régis,

      Merci beaucoup pour le partage !
      Et tu as raison, les oiseaux sont tellement beaux qu’il faut le montrer, et de près. Mais parfois un peu de changement pour montrer l’environnement peut faire du bien aussi =) Après, chacun ses goûts bien sûr.

      En tout cas, merci pour ton commentaire et pour le partage, c’est top de ta part =)

      Bonne soirée et bon week-end !

  4. Pirlouis dit :

    Article intéressant, bien illustré.
    Tom, tu comptes nous faire un petit compte-rendu du festival de Montier ?

  5. tanagra92 dit :

    Tout dépend ou se pose l’oiseau !
    J’ai eu un rouge-gorge dans la nature, alors que j’étais assise sans camouflage qui est venu tout prêt, idem pour une mésange bleue … par contre le geai c’est de loin forcément !
    Vous êtes un pro, donc tout est étudié (ce n’est pas un reproche) mais je crois que l’on fait parfois des photos sympas par hasard …
    aïe je vais me faire taper sur les doigts lol
    Ceci dit je suis jalouse de votre mésange huppée et globalement des couleurs de vos oiseaux.
    Isa

    • Tom Mosack dit :

      Oui bien sûr, tout dépend de l’endroit où l’oiseau décide de se poser ! En fait, cet article était plus un guide pour se placer à la bonne distance d’un perchoir sur lequel on sait que l’oiseau va se poser.

      Les passereaux comme les mésanges et les rouge-gorges ne sont pas très craintifs. Donc bien souvent, le simple fait d’être immobile suffit. Mais comme tu le dis toi-même ce sera plus dur pour un geai des chênes, une pie, une huppe fasciée… et bien d’autres oiseaux qui nécessitent beaucoup plus de préparation et un affût sur mesure.

      N’aie pas peur de me dire ce que tu penses, j’accorde aussi un peu d’importance à la part de chance. La photo de nature est dépendante de ses sujets, et un paysage ne sera pas beau si la lumière n’est pas de bonne qualité, une photo animalière sera vide si l’animal ne vient pas, et il faut de la chance pour trouver un bon nombre de sujets en macro. Mais il faut surtout savoir provoquer la chance, car elle n’arrivera pas en restant chez soit à regarder les photos des autres. Le meilleur moyen d’avoir de la chance est d’être sur le terrain, à attendre que le coup de chance arrive !

      En tout cas, merci beaucoup pour ton commentaire Isa, et à bientôt ici ou sur le blog de Régis Moscardini.

      Bonne soirée !

  6. kevin dowie dit :

    Excellent photos Tom.

  7. Johan Godel dit :

    Très bel article Tom, et surtout très belle photos ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir les notifications des nouveaux articles par mail.

Stage photo Pyrénées
L'auteur organise toute l'année des stages d'apprentissage de la photo dans les Pyrénées avec Stage photo Pyrénées.