Photographier les passereaux à la mangeoire

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas écrit d’article didactique, je vous prie de m’en excuser, mais il se trouve que j’ai été un peu occupé. Mais à présent, ayant un trou dans mon emploi du temps à la case « travail », je risque d’être un peu plus disponible pendant quelques temps ! Bref, aujourd’hui, je vous propose un sujet de saison : la photographie des passereaux à la mangeoire dans le jardin.

En effet, avec l’hiver qui arrive, les animaux sauvages se font de plus en plus rares pendant les sorties photos car ils limitent leurs déplacements et sortent moins le jour (la nuit étant bien assez longue pour leurs occupations). Une bonne façon de garder la main, ou de s’entrainer pendant la « mauvaise » saison consiste donc à photographier les passereaux de nos jardins. En plus, cela tombe bien car cette période de l’année coïncide avec celle pendant laquelle nos petits amis à plumes ont du mal à survivre. Nous allons donc leur donner un coup de pouce, et en profiter pour leur tirer le portrait quand ils viendront aux mangeoires !

Canon Eos 450D, 300mm, f/4.5, 1/320s, 800 ISO, expo +2/3

Même si certains photographes hurleront au scandale, disant que la photographie à la mangeoire n’est pas de la Vraie Grande Photographie, je pense que ce n’est pas à proscrire. Tout d’abord, parce que ce genre de photo se remarque facilement. Une photo prise à la mangeoire sans prétention ne ressemble pas à une photo prise dans la nature, avec les aléas qui vont avec. Les photos à la mangeoire sont simplement des clichés sans prétention, et permettent au photographe expérimenté de passer la saison sans se frustrer, et au débutant de se faire la main sur des sujets assez faciles.

1.          Les mangeoires.

Les passereaux ont souvent du mal à survivre pendant l’hiver, surtout dans les endroits où il neige car ils ne trouvent plus autant de nourriture que pendant l’été. Donc, pour les aider à passer ce moment difficile, dès les premières gelées et jusqu’au printemps, on distribue des graines. Il existe toutes sortes de graines, mes préférées étant les graines dites pour « les oiseaux du ciel », contenant des oléagineux, comme du lin. Je les accompagne de graines de tournesol petites stries, pour que les mésanges puissent les emporter à l’abri, et aussi des fameuses boules de graisse, qui partent à une vitesse incroyable !
Des mangeoires spéciales pour les pics et les geais existent et sont disponibles en jardineries. Si vous en avez près de chez vous, il peut être intéressant pour eux comme pour vous d’en installer une ou deux dans des arbres.

Une de mes mangeoires, une maisonnette qui peut contenir 1L de graines.

Il est très importants que les mangeoires restent approvisionnées pendant tout l’hiver. Et ne pensez pas que si vous oubliez un jour, ce ne sera pas grave, car une mésange peut perdre le dixième de son poids en une nuit, il faut donc absolument qu’elle trouve à manger dès le matin. Pensez également que les prédateurs restent une menace pour vos petits compagnons, il est donc impératif que les mangeoires soient à bonne distance des buissons et des endroits où un chat pourrait être à l’affut.

Une boule de graisse tombée au sol après une tempête fait le bonheur d’une mésange bleue.

N’oubliez pas non plus que les oiseaux aiment se baigner en hiver, et qu’il leur arrive également de boire (et oui !). A moins que vous soyez près d’un étang ou d’une mare, installez des abreuvoirs et des baignoires. Je fais les miens dans des pots de glaces en plastique, et ils les adorent ! Si les températures sont négatives chez vous, il convient de mettre de l’eau tiède pour éviter qu’elle ne gèle et de la changer régulièrement.

Canon EOS 450D, 300mm, f/4.5, 1/640s, 400 ISO

2.          A l’affût !

Tant qu’à faire des mangeoires pour les oiseaux, autant en profiter pour les photographier ! Pour cela, sachez que vous n’aurez pas forcément besoin de matériel sophistiqué et cher. En effet, les passereaux ne sont pas très craintifs, et si vous positionnez vos mangeoires assez près d’une fenêtre, d’une cabane de jardin, ou d’une tente d’affut, vous pourrez largement les photographier à des focales inférieures à 200mm. Par exemple, avec un 300mm, je suis obligé de me positionner à 2m de mes fenêtres pour que les oiseaux rentrent en entier dans le cadre, car j’ai une de mes mangeoires qui est sur un rebord de fenêtre. Voici le montage :

Voici une mangeoire avec de gauche à droite des graines oiseaux du ciel, des tournesols, et de l’eau. On peut même voire une sitelle sur la photo !

Au fond, on voit également que j’ai positionné un perchoir un mètre en avant des mangeoires pour que les passereaux puissent s’y poser. J’utilise un vieux trépied cassé comme support, ce qui me permet de régler la hauteur et l’emplacement des perchoirs facilement et rapidement. A chaque fois ou presque qu’un oiseau vient se nourrir, il se pose d’abord sur la branche (ou effectue un vol stationnaire s’il n’y a pas de perchoir) pour voir si la voie est libre. Vous avez alors quelques secondes pour composer et déclencher avant qu’il ne saute dans la mangeoire. Mais rassurez-vous, si vous avez raté votre photo, d’autres occasions se présenteront.

Ceci n’est pas un montage photo, ce perchoir est en effet très efficace et fortement fréquenté !

Ici, j’ai choisi de faire des photos à travers la vitre, car cela me permet de continuer ce que je fais chez moi, et de surveiller ce qui se passe facilement. Comme ce côté de la maison est exposé au Nord-Ouest, je n’ai pas de soleil sur la vitre, et donc pas de reflets gênant. De plus, comme je suis en arrière de 2m de la fenêtre, l’angle d’incidence avec le verre quand je bouge n’est pas aussi grand que si j’étais à 30cm, ce qui fait que la diffraction et donc la perte de qualité n’est pas trop forte.

(Mise à jour du 11 octobre 2011 : étant maintenant en possession d’une tente d’affût, je peux aussi photographier nos petits amis ailés en étant dehors, et sans passer au travers d’une vitre. La qualité des photos est donc largement meilleures, et l’expérience est aussi beaucoup plus sympathique. En effet, si la photographie derrière une vitre permet une grande liberté de mouvement, elle ne permet pas d’entendre aussi bien les oiseaux. La tente d’affût n’isole pas du bruit, et vous pourrez donc aussi écouter le chant des oiseaux et le bruit de leurs ailes quand ils se posent puis repartent.)

Parfois, les passereaux se perchent à des endroits inattendus !

Une fois que tout est en place, il suffit de se poster avec un trépied de préférence, et d’attendre que les oiseaux arrivent sur le perchoirs ! Ensuite, rien ne vous empêche suivant les espèces présentes de changer de perchoirs ou d’adapter le fond en mettant par exemple un tapis de feuilles mortes, ou en vous alignant avec des arbres…

Canon Eos 450D, 300mm, f/4, 1/400s, 800 ISO

Si vous n’avez qu’une focale assez courte, de moins de 150-200mm, vous pouvez tout de même faire des photos, il faudra juste que vous soyez plus près de la vitre, et que vous bougiez beaucoup moins pour ne pas effrayer les oiseaux. Si vous avez un filet de camouflage en stock, servez vous-en pour couvrir votre fenêtre et ainsi garder une certaine liberté de mouvement. De plus, avec un filet pour vous cacher, vous pourrez ouvrir la fenêtre et donc photographier directement, sans dioptre intermédiaire et donc sans perte de qualité.

Un filet de camouflage…

… et vous serez quasiment invisible de l’extérieur ! Attention aux mouvements brusques de l’objectif.

Comme vous l’aurez compris, faire des photos de passereaux en hiver n’est vraiment pas une chose compliquée. Par contre, il est plus dur de faire une photo originale, ou avec un sujet qui sort de l’ordinaire. Certains tentent d’immortaliser les oiseaux au vol, d’autre essayent d’imaginer des perchoirs plus créatifs. A vous de voir ce que vous ferez !

Canon Eos 450D, 300mm, f/4.5, 1/640s, 640 ISO

Pour conclure, je dirais également que même s’il peut être important pour vous de faire des photos sympathiques, il est primordial de ne pas déranger les oiseaux, car cela pourrait causer leur mort ! N’oubliez pas de les nourrir tous les jours, nettoyez bien les mangeoires une fois par semaine, et ne stoppez pas le nourrissage précipitamment. Beaucoup des espèces que nous observons dans nos jardins, comme les chardonnerets élégants, les pinsons des arbres, ou même les moineaux domestiques sont protégées, voire en voie de disparition. Il serait dommage de parler d’eux au passé avec nos enfants ou nos petits enfants dans quelques années !

En espérant que cet article vous aura plu, merci beaucoup d’avoir lu ! Bien sûr, si vous avez des questions ou des choses à ajouter, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires =)

Publicités
Tagged with: , , , , , , ,
Publié dans Techniques
28 comments on “Photographier les passereaux à la mangeoire
  1. Ben dit :

    Excellent article !!

  2. Will dit :

    Je vois que ce nouvel objectif a du succès maintenant !
    Très bel article ! J’admire le respect pour nos petits amis à plumes.
    Il est vrai que toute cette « mise en scène » donne un côté « trahison » à la photo animalière, mais on a des résultats très sympathiques !
    Très claires explications (avec un peu de connaissances physiques ^^) et surtout superbes photos ! 🙂

    Bonne soirée !

    • Tom Mosack dit :

      A oui, ça c’est sûr, ce nouvel objectif me plait beaucoup, même un peu trop, j’essaie de tout faire avec, même du paysage, rien que pour faire des photos avec ! 😀
      Merci beaucoup pour le compliment, c’est toujours sympathique de voir que quelqu’un lis un article jusqu’à la fin =) Et pour ce qui est de la mise en scène, c’est vrai que ce n’est pas de la photographie animalière au sens qu’on ne sort pas dans le froid ou sous la pluie pour aller faire des heures d’affût au fin fond de la forêt, mais ce qui importe ici, ce n’est pas de faire de la grande photo, mais simplement faire quelques clichés sympas, et de parfaire sa technique sur des sujets petits et rapides. D’autant plus qu’autrement qu’à la mangeoire, ce sont des oiseaux tellement petits qu’ils seraient très durs à photographier sans équipement très long autrement. Ca permet aux débutants avec un objectif de 200mm de faire des jolies photos =)

      Merci beaucoup, pour le côté Physiques, la fac de Physique Chimie a laissé des traces, haha 😀

      Bonne soirée à toi aussi en espérant te revoir bientôt ici et ailleurs =)

  3. Nail dit :

    Ton article est vraiment sympa tom et trés instructif , merci beaucoup a toi de partager tes connaissance 😀

  4. Duchateau dit :

    Article très bien rédigé clair et intéressant.
    Bien cordialement
    Claude

  5. Fabien dit :

    Vraiment bravo pour ton blog et tuto ,je viens d’os num.
    Mais je vais mettre ton blog en tête de liste
    Je suis en train de dévorer tes tuto, vraiment bien fait avec des termes que l’on comprend .
    Merci pour l’échange
    Fabien

    • Tom Mosack dit :

      Merci beaucoup pour ces mots Fabien, c’est très gentil de ta part =) J’aime quand on me dit qu’on comprend bien ce que je cherche à expliquer, et ça me motive à continuer !

      Bonne soirée et à très bientôt =)

  6. Pirlouis dit :

    Bonjour Tom,

    Je viens de découvrir ton site que j’ai parcouru en entier (pas mal de lecture, mais très intéressant).
    Je pense me mettre à l’animalier d’ici peu, étant pour le moment un fana de macro (Nikkor 105mm VR inside) et cet article m’a beaucoup intéressé. J’envisage donc d’ici peu l’achat d’un Nikon 300mm f4 d’occasion (je vois que tu shootes avec l’équivalent Canon).
    Aurais-tu par contre des liens pour construire soit même sa mangeoire ou aurais-tu des remarques / conseils quand à la construction de celui-ci ?

    Merci pour tes conseils et tes belles images, je me régale les yeux.

    Cdlt.

    • Tom Mosack dit :

      Bonjour Pirlouis, et merci pour ton commentaire !

      C’est vrai que si tu veux te lancer dans l’animalier, un 105 macro risque d’être très court ! Le Nikon 300mm f/4 est un très bon objectif, au moins aussi réputé chez Nikon que le mien chez Canon. C’est un achat que tu ne regretteras sûrement pas !
      Par contre, il faut savoir qu’il ne suffit pas d’avoir un objectif long pour faire de la photo animalière. Tu auras besoin avant de te renseigner sur l’espèce que tu souhaites photographier, la localiser, et faire beaucoup de repérage pour savoir où et quand passent tes sujets. Je ne cherche bien sûr pas à te décourager, mais juste à t’informer pour que tu ne sois pas déçu si tes premiers essais ne sont pas tout de suite concluants =)

      Malheureusement, je n’ai pas de lien pour des mangeoires. Mais tu peux en trouver beaucoup à moins de 10€ dans n’importe quelle jardinerie. Et même souvent, un simple pot ou une coupe rempli de graine de tournesol suffit à attirer les oiseaux. En fait, le plus important n’est pas la mangeoire, mais l’endroit où elle est disposée. Loin des prédateurs (chats surtout), en hauteur, à l’abri du vent et de la pluie, et proche d’un endroit où les oiseaux pourront décortiquer leurs graines en sécurité.

      Bien sûr, si tu as d’autres questions, n’hésite pas à me les poser =)

      Encore merci pour ton commentaire et à très bientôt !

      • Pirlouis dit :

        Merci pour ta réponse.

        Pour le moment, je compte rester sur du classique pour me faire la main: mangeoire dans le jardin et je prends en photo ce qui passe (moineau, pie, étourneau, corbeau dans mon jardin essentiellement).
        Ca me permettra de me faire une première idée de l’animalier et je pense qu’il y aura du travail et une technique à parfaire, tout comme n’importe quelle domaine en photo; ca ne me décourage pas au contraire. Si tout le monde pouvait shooter aussi bien que toi avec peu d’expérience, je dirais que l’ère du matériel faisant la photo à la du photographe a commencé 🙂

        Reste à trouver un 300mm………….abordable !

        • Tom Mosack dit :

          D’accord ! Tu as bien raison, se faire la main sur des espèces relativement faciles à approcher, c’est une bonne idée. Comme ça tu pourra t’entraîner sans risquer de faire fuir définitivement tes sujets, sans trop les déranger, et sans risquer leur vie. Et comme tu le dis, ça permet de se faire une idée du travail à accomplir pour avoir de belles photos en animalier =)

          Pour un 300mm abordable, si tu n’as pas forcément le budget pour un 300 fixe, tu peux peut être commencer avec un zoom 70-300 VR ou un 55-300 VR. Les deux sont très abordables et de bonne qualité (sans non plus égaler un 300 fixe, qui sera trois voire quatre fois plus cher…).

          En tout cas, si tu as d’autres questions, n’hésite pas !

          • Pirlouis dit :

            Merci pour ta réponse. Pour le budget, ca risque d’êter difficile effectivement mais je compte me débarrasser de quelques broutilles chez moi (autres choses que du matos photos) poru financier en partie l’achat de ce caillou d’occasion.
            Je connais les 70-300 ou 55-300 mais je pense que je vais vouloir switcher sur quelque chose de plus qualitatif. Quitte à attendre un peu pour me renseigner sur les coins en IdF où je pourrais m’exercer.

            Merci encore de ta dispo et de tes réponses.

            • Tom Mosack dit :

              Bien sûr, si tu peux te permettre l’achat d’un 300mm d’occasion, fonce ! Enfin, attention aux occasions, fais en sorte de toujours essayer le matériel avant l’achat, parfois un objectif marche très bien avec un boitier mais pas avec un autre…

              En tout cas, tien moi au courant quand ce sera fait =)

              Bonne journée et à très bientôt !

              • Pirlouis dit :

                Je suis du genre titilleux alors t’imagine qu’avant tout achat, je teste avant, surtout vu la somme en jeu 😀
                J’ai fait une seul exception: mon Nikkor 105mm VR. Je le cherchais depuis des mois; en neuf, beaucoup trop cher. Je l’ai trouvé d’occasion auprès de quelqu’un ne l’utilisant plus, et à un prix très intéressant (590€). Après de longues discutions (à ce prix, je sentais l’arnaque), j’ai sauté le pas mais avec la boule au ventre en attendant de l’avoir essayé :p Finallement, j’ai bien fait, une tuerie 🙂

                Puisse la chance se renouveler avec ce 300mm 😀

                PI: je suis chaussé en D7000.

  7. Le Meur dit :

    Bien le commentaire
    rien à dire
    et merci pour les oiseaux
    Amicalement
    Yann

  8. Dan Bertholet dit :

    Super article que je découvre grace au tweet, je comptais demain m’essayer à cette technique pour m’entrainer, l’article tombe à pique !

    Merci beaucoup et bravo pour le super travaille !

    Bonne continuation 🙂

    • Tom Mosack dit :

      Bonsoir Dan,

      Content que cet article te plaise. Si tu as des questions après tes premières tentatives, n’hésite pas à repasser ici =)

      Bonne soirée et à bientôt !

  9. […] Le nourrissage des passereaux en hiver : Tom Mosack nous explique comment nourrir les passereaux en hivers pour mieux les photographier. […]

  10. martine jolly dit :

    pouvez vous me dire le nom de l’oiseau qui claque du bec très fortement et qui reste cache tout l’hiver dans un creux d’un des murs de notre cave,ils sont en couples et ont fait trois portées en 2011 d’au moins 3 petits à chaque fois ,ils ont un très long bec merci de me répondre et félicitation pour les photos ci-dessus

  11. […] L’hiver arrive pour les passereaux… mais pas tout de suite ! N’oubliez pas qu’avant de faire des photos, le nourrissage sert avant tout à donner un coup de pouce à nos amis à plumes. Et si vous avez besoin de conseils pour commencer la photo de passereaux à la mangeoire, je vous invite à lire mon article Le nourrissage des passereaux en hiver. […]

  12. Olivier Rick dit :

    merci pour ce post interressant Tom 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir les notifications des nouveaux articles par mail.

Stage photo Pyrénées
L'auteur organise toute l'année des stages d'apprentissage de la photo dans les Pyrénées avec Stage photo Pyrénées.