La réserve naturelle du Marais d’Orx

La Réserve Naturelle du marais d’Orx à Labenne, Sud Landes, accueille une faune incroyablement diversifiée et notamment un nombre impressionnant d’oiseaux d’eau migrateurs comme sédentaires.

1.          Le site et la visite.

Le site se situe entre Labenne et Orx, dans les Landes (40). En venant de Bayonne, il suffit de se diriger vers Labenne, Bénnesse-Maremne, Hossegor et en arrivant à Labenne, le marais sera indiqué par des panneaux. Comptez à peu près trente minutes de route.

On arrive sur un petit parking, et déjà les premiers oiseaux sont observables, puisqu’un petit groupe de poules d’eau chasse à quelques mètres à peine des voitures. Juste en face se trouve la maison du Marais qui permet de se renseigner sur le site et ses pensionnaires, et d’observer deux tortues aquatiques, les mascottes du lieu. Vous y trouverez également des toilettes et une boutique. En sortant, on peut entrer dans la maison Béziers, ancienne habitation du maître du domaine sous Napoléon III, restaurée en observatoire ouvert aux vents et aux oiseaux offrant au dernier étage une vue panoramique sur tout le marais.

Vue sur le marais Barrage depuis la maison Béziers.

Commence ensuite la visite qui ne peut malheureusement se faire que sur environ le tiers de la réserve, l’autre partie n’étant visible que sur réservation et accompagné d’un guide, pour préserver la faune plus « timide », qu’il faut éviter de déranger. La ballade dure approximativement 2h, et se fait exclusivement à pied sur un circuit de digue de 6km autour de la partie dite « Marais Barrage ».
Des sortes d’observatoires (dont un est visible sur la vue de la maison Béziers) sont disposés aux endroits stratégiques et permettent d’observer la faune à proximité. Cependant, prévoyez des jumelles et de très longues focales car les espèces ne se pressent pas autour des affuts, mais plutôt au centre de la zone.

Un observatoire au bord d'une digue.

Il vaut mieux venir le matin, car l’endroit sera moins fréquenté, il y a donc plus de chances que les oiseaux se rapprochent des digues. Préférez le côté Sud le matin, pour avoir le soleil dans le dos, et le coté Ouest le soir. Il est également conseillé de venir en hivers et les jours de grand froid, une bonne partie des pensionnaires étant migrateurs, la réserve sera beaucoup plus fréquentée. De plus, le froid retiendra les promeneurs au chaud, l’endroit sera donc d’autant plus calme.

2.          Les espèces présentes.

Le site recense plus de 200 espèces d’oiseaux différentes. Certaines sont présentes toute l’année, comme la spatule blanche, qui fait la fierté de la réserve, ou encore l’aigrette garzette, différents canards, le cygne noir, ou le grèbe huppé. D’autres sont migratoires, comme la cigogne blanche, l’échasse blanche, et le héron pourpré, visibles de mars à septembre, ou encore le balbuzard pécheur, la grande aigrette, et le busard des roseaux, observables d’octobre à mars.

Le site est aussi fréquenté par des mammifères, comme des chevreuils ou des ragondins, les derniers étant très peu farouches. J’ai même eu la chance de pouvoir approcher des petits à moins de 2m !

Petit de ragondin.

Malheureusement, comme dit plus haut, les oiseaux gardent leurs distances avec les digues, et sont donc difficiles à photographier. Si j’ai pu observer des cigognes, des bécassines des marais, et des cormorans (entre autres), je n’ai pu ramener aucune photo utilisable d’oiseau. Il semble qu’un projet d’observatoires plus poussés que les simples palissades en bois soit en cours, en attendant, mon 250mm est trop court !

Mais rien ne vous empêche de photographier le paysage, ou les casemates de radio allemandes datant de la seconde guerre mondiale, qui se prêtent très bien à la photo. Les matins brumeux seront très intéressants pour des photos d’ambiance à contre jour.

Casemate de liaison radio allemande datant de la Seconde Guerre mondiale

Pour conclure, je dirais que la réserve naturelle du marais d’Orx est un endroit très agréable pour ceux qui aiment se promener, mais que ceux qui ne possèdent pas de très longues focales ou de jumelles à fort grossissement risquent d’être déçus s’ils comptent observer et photographier la faune présente. Si cet article vous a intéressé, vous pourrez trouver plus de renseignement, notamment sur l’histoire du lieu sur le site Aquitaine Nature. Et n’hésitez pas à ajouter quelque chose, ou à poser vos questions par commentaire !

Publicités
Publié dans Actualités, Bons coins photo, Promotion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir les notifications des nouveaux articles par mail.

Stage photo Pyrénées
L'auteur organise toute l'année des stages d'apprentissage de la photo dans les Pyrénées avec Stage photo Pyrénées.